FPI : Hubert Oulaye attaque Affi N’Guessan après la suspension des discussions

Congrès unitaire FPI – Début janvier, Pascal Affi N’Guessan rencontrait discrètement Laurent Gbagbo à Bruxelles. Au cœur de cette rencontre historique, l’unification du front populaire ivoirien en proie à des divisions internes depuis plusieurs années. Si des négociations avaient été entamées dans ce sens, le camp Affi a récemment annoncé son retrait des discussions, suite à la signature d’un accord cadre entre l’aile dissidente du FPI et le PDCI RDA début juin.

La réconciliation tant souhaitée au front populaire ivoirien ne se fera pas de sitot. Alors que les militants avaient dans leur grande majorité salué la rencontre historique entre Affi et Gbagbo à Bruxelles, la tension s’est de nouveau installée entre les deux camps au sein du front populaire ivoirien. La tendance Affi a annoncé son retrait des discussions suite à un accord-cadre signé entre l’aile dissidente de son parti et le PDCI RDA d’Henri Konan Bédié. Les raisons avancées par Affi N’Guessan étaient liées aux priorités actuelles du parti. Pour l’ancien premier ministre de Gbagbo, la priorité du moment reste l’unité du parti à l’approche de la prochaine élection présidentielle.

«Le 03 juin 2020 une déclaration est signée avec la création d’une plateforme structurelle dénommée CNPC avec des objectifs stratégiques impliquant des militants et des structures politiques du PDCI et du « FPI». La direction du FPI a dénoncé dans un communiqué, l’implication du FPI par des personnes non mandatées, ni habilitées, dans la création du CNPC dont le parti ne connaît les tenants et aboutissants… La délégation conduite par le Président du FPI a pris acte de cette position et décidé de suspendre sa participation aux négociations en attendant d’être instruite sur les motivations qui ont justifiées la signature par le groupe représenté par le camarade Assoua Adou d’un accord avec le PDCI et leurs conséquences pour le FPI en cours d’unification.», révélait il y’a quelques semaines le camp Affi dans un communiqué. Ce retrait des discussions sur l’unification du parti a fait réagir de nombreuses personnalités politiques de l’aile dissidente au FPI. Hubert Oulaye, dans un entretien exclusif accordé au quotidien La Voix Originale, a commenté ce retrait d’Affi des discussions : «Vous l’avez entendu dire, que sa décision était liée au rapprochement que le Président Gbagbo et le Président Bédié ont effectué à travers la signature de l’Accord cadre pour la promotion de la Réconciliation et la paix en Côte d’Ivoire ! Quel problème lui pose cet évènement historique qui consacre le rapprochement de deux grands leaders et partis politiques qui, hier, étaient opposés, un évènement fortement salué par la grande majorité des Ivoiriens, désireuse de voir enfin ses enfants se réconcilier ? C’est à lui et pas à nous d’expliquer à tous ceux qui s’étaient réjouis après qu’il a été reçu par le Président Laurent Gbagbo le 3 janvier 2020, de voir le FPI à nouveau réuni. Pourquoi un Accord qui prône la réconciliation et la paix entre les Ivoiriens serait, selon lui, un accord contre l’unité du FPI ? Nous avons jugé, au niveau de notre Délégation, qu’il fallait laisser la responsabilité à Affi N’Guessan de dire son problème à nos militants et à la Nation.», révélait le proche de Laurent Gbagbo dans son interview.

> Lire aussi  L’opposition ivoirienne prépare un giga meeting contre le pouvoir

Affi mis à l’écart des discussions

«Mais il va même plus loin ! Affi dit qu’il n’aurait été ni informé ni associé à la signature de l’Accord avec le PDCI. Faux ! Lorsqu’il a appris la signature de l’accord, le 30 avril 2020, il s’en est ouvert au Président GBAGBO, qui l’a rassuré et orienté vers Assoa Adou, avec lequel il s’est entretenu sur ce sujet. Mais étions-nous tenus de l’informer ou de l’associer à la poursuite de nos activités, alors que nous n’en avions pas convenu au départ ? La réponse est non ! Car, Affi non plus, n’était pas tenu de nous informer des discussions qu’il menait dans le cadre de ses activités.», a poursuivi Assoa Adou.

Vous pouvez aussi aimer