Le président du CPR prédit la chute d’Henri Konan Bédié

Présidentielle en Côte d’Ivoire – Henri Konan Bédié figure parmi les quatre candidats retenus par le Conseil Constitutionnel ivoirien à la présidentielle d’octobre prochain. Avant la tenue du premier tour l’opposition ivoirienne a animé un giga meeting dans la commune de Plateau, plus précisément au stade Félix Houphouët Boigny, un meeting qui a vu la participation du président du Pdci Rda, Henri Konan Bédié. Pour le premier responsable politique du Congrès Panafricain Pour le Renouveau, la fin politique du patron du Pdci serait déjà proche.

Henri Konan Bédié mène sans doute son dernier combat politique en Côte d’Ivoire avec sa participation à la présidentielle d’octobre prochain. Agé de 86 ans, le président du Pdci Rda a été désigné par sa formation politique pour défendre ses couleurs. A l’instar de nombreux opposants, le président du Pdci était également présent lors du giga meeting de l’opposition ivoirienne au stade félix Houphouët Boigny. Si le meeting était un succès, certains restent pessimistes sur une victoire du patron du Pdci lors de la prochaine élection présidentielle. Le président du Congrès Panafricain pour le renouveau estime lui qu’Henri konan Bédié tend déjà vers sa fin politique avec cette élection. Pour le patron du Cpr, la résurgence des discours identitaires à l’approche des élections présidentielle, devraient précipiter la chute du candidat du parti démocratique de Côte d’Ivoire.

Candidat du PDCI à la présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié a-t-il des chances de créer la surprise face au candidat du RHDP, Ouattara Alassane ? Pour ses partisans, il ne fait aucun doute que le président du Pdci est suffisamment outillé pour remporter cette présidentielle, d’autant plus que l’opposition ivoirienne entend désormais parler d’une seule voix. Le président du CPR n’est visiblement pas de cet avis. Pour Doumbia Major, la chute d’Henri Konan Bédié est proche, et cela pour plusieurs raisons : «Bédié va mal finir et, dans sa détresse, l’humanité civilisée ne viendra pas à son secours, car il a osé s’attaquer au genre humain. Aucun croyant et aucun humaniste n’osera apporter son aide, à quelqu’un qui a incité à la haine ethnique et xénophobe contre ses propres compatriotes et contre d’autres êtres humains, sur la base de leurs origines ou sur la base de caractéristiques culturels.  Ses propos d’incitation à la haine ethnique et xénophobe, resteront gravés dans le marbre souillé de l’histoire de la Côte d’Ivoire.  Après sa désastreuse idéologie d’ivoirite, c’est lui en effet qui, stigmatisant ses adversaires politiques, a affirmé que : « ce sont des étrangers qui vont à leurs meetings, que ce soit à Paris à Sinfra ou à Yamoussoukro ».  C’est encore lui, qui a affirmé de manière mensongère, (pour manipuler  nos populations et inciter à la haine  xénophobe contre ses adversaires politiques et inciter à des pogroms et massacres xénophobes),   C’est encore lui disais-je, qui a affirmé que les orpailleurs clandestins ( un phénomène qu’on retrouve partout en Afrique de L’Ouest et même en Amérique du Sud ), sont en réalité des mercenaires étrangers que ses adversaires auraient fait venir en Côte d’Ivoire, en les camouflant  sous cette couverture, pour en réalité  tuer les ivoiriens, le moment venu.», a déclaré le président du congrès panafricain pour le renouveau.

Bédié sans soutien de la communauté internationale ?

«La haine identitaire et xénophobe est d’un niveau effrayant chez ce monsieur, il faut en avoir peur et l’humanité toute entière doit en avoir peur !  C’est pourquoi, que ce soit l’Union Africaine, l’Union Européenne ou la CEDEAO, aucune de ces organisations n’apportera d’appui à Bédié et à sa suite de haineux tribaux. En effet, les aider à prendre le pouvoir, c’est favoriser l’implantation d’un épicentre d’un nazisme tropical et des discours d’extrême droite identitaires, en Afrique. l’Europe a connu les atrocités et la barbarie du fascisme sur son territoire de 1939 à 45, elle n’encouragera pas et elle ne soutiendra pas l’arrivée au pouvoir (y compris par la voie démocratique) d’un nazisme tropical en Côte d’Ivoire.», a rapporté le patron du Cpr.

Vous pouvez aussi aimer