in

Un nouveau vaccin contre le paludisme testé d’ici à 2018

Les pertes humaines causées par le paludisme devraient bientôt chuter si l’on en croit les prévisions de l’OMS, l’organisation mondiale de la santé. L’instance a annoncé que le premier vrai vaccin contre la malaria sera testé à partir de 2018, prioritairement en Afrique, le continent le plus touché.

Vaccin paludisme 2018

L’espoir pour des milliers d’enfants

Eradiquer le paludisme sera enfin une réalité après plus de 30 années passées à chercher un vaccin efficace contre la maladie. D’après l’organisation mondiale de la santé, 360.000 enfants en Afrique seront vaccinés contre la malaria d’ici l’horizon 2020. Cette vaste campagne de vaccination démarrera selon l’OMS à partir de 2018 dans trois pays : le Ghana, le Malawi et le Kenya. Le vaccin qui sera utilisé pendant cette phase capitale dans l’éradication du paludisme est le Mosquirix, conçu dans les laboratoires du géant britannique de l’industrie pharmaceutique (GSK). Le choix du Mosquirix paraît amplement justifié au regard des résultats positifs sur le Plasmodium falciparum, la principale souche responsable de la malaria. Mais pour une efficacité du tout premier véritable vaccin qui sera testé après des décennies de recherche, 4 doses de Mosquirix doivent être nécessairement administrées à chaque enfant concerné : (à 5 mois, 6 mois, 7 mois et 2 ans). Mais ce nouvelle campagne de vaccination ne viendra pas pourtant mettre un terme aux moyens de lutte déjà existants (la moustiquaire imprégnée) : « Ce vaccin n’est donc pas utilisable sur le terrain dans le sens traditionnel du vaccin, c’est-à-dire qu’il ne protège pas automatiquement de la maladie. Il viendrait plutôt renforcer l’arsenal qui existe déjà pour la lutte du paludisme dans certaines zones où la maladie sévit », a souligné Philippe Deloron du MERIT.

Un vaccin qui ne résout pas tout forcément

Pour une efficacité du Mosquirix, il faudrait administrer 4 doses à un enfant, ce qui est loin d’être évident avec le flux migratoire des populations vers la ville pour la recherche d’un mieux-être. Aussi, il convient de noter que l’efficacité du nouveau vaccin fabriqué par GSK se limite uniquement aux enfants de 0 à 5 ans. Tout de même, le Mosquirix permettra de réduire considérablement le taux de mortalité lié à la malaria, car selon les statistiques de l’OMS, 70M% des décès du paludisme concerne les enfants de 0 à 5 ans. Aussi, convient-il de rappeler que le nouveau vaccin qui sera administré à 360.000 enfants dès 2018 n’est efficace que sur l’un quatre parasites responsables de la maladie : le Plasmodium falciparum. Mais rien n’à craindre des autres parasites puisque « L’immense majorité (99 %) des décès sont dus au paludisme à P. falciparum. », indique l’OMS dans un rapport datant de 2015. L’Afrique étant la zone la plus touchée au monde par la malaria (90% selon enquête en 2015), le vaccin Mosquirix du laboratoire GSK porte sur ses épaules les espoirs de plusieurs années de lutte contre la maladie.

1 Point ou Zéro ?

1 point
Upvote Downvote

Total votes: 1

Upvotes: 1

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

L’Etat de Côte d’Ivoire confirme le paiement du stock des arriérés dus aux fonctionnaires

Didier Drogba annonce sa retraite pour 2018