in

Dix choses à savoir pour en finir avec la constipation

La constipation est un trouble digestif qui est souvent perçu comme le contraire de la diarrhée. Lors de la diarrhée, l’individu va régulièrement aux toilettes, pour évacuer les selles qui le pressent.

Solutions contre la constipation

Dans le cas de la constipation, il n’y a rien de tel, que de prendre tout son temps pour aller aux petits coins. Il y a des solutions contre la constipation et cela vous évitera de passer des heures aux toilettes.

Nous n’avons point envie d’aller aux selles, et quand bien même elles viennent, elles sont en petite quantité. Dans le monde médical, on définit la constipation comme une difficulté à déféquer, caractérisée par des selles dures et de petits volumes. Précision de taille, cette définition n’est pas une référence exclusive. La question du volume ne sied pas forcement à tous les cas. On peut aller tous les jours au petit coin et être constipé tout de même. Dans une telle configuration, les selles sont sortent en grands volumes. Par contre comme elles sont très dures, on a du mal à les évacuer. On a l’impression de pousser comme une femme en couche. Cette sorte de constipation est plus fréquente qu’on ne le pense. En outre, la constipation n’est pas forcement aux antipodes de la diarrhée. Elle peut, en effet, s’accompagner de diarrhée ou alterner avec celle-ci. Pour simplifier la définition de la constipation, nous dirons qu’elle consiste en moins de trois selles par semaine et/ou en des difficultés à exonérer. Comme la constipation est une incontinence intestinale qui met le sujet dans une gêne extrême, il est primordial de prendre le taureau par les cornes. Ci-dessous vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur la constipation et sur les moyens de l’éviter ou de la vaincre.

Sommaire :
L’origine de la constipation
La constipation peut être d’ordre psychologique
Ces idées reçues que nous avons sur la constipation
Les dangers d’une constipation non traitée
L’usage des purgatifs et des laxatifs pour traiter la constipation
Quelques avertissements au sujet des purgatifs et des laxatifs
Les conseils nutritionnels pour lutter contre la constipation
Des aliments à éviter en cas de constipation
Ne pas boire n’importe quelle eau
Les attitudes quotidiennes qui peuvent vous évitez la constipation

L’origine de la constipation

La constipation est un trouble digestif fréquent chez la plus part des êtres humains. En moyenne elle touche un individu sur cinq chez les hommes et un sur deux chez les femmes et les personnes âgées. La constipation toucherait aussi les bébés et les enfants pour les raisons que nous verrons dans ce chapitre. Les causes de la constipation sont multiples et sont fort heureusement sans grands dangers pour les êtres humains. Elles sont rangées dans trois grandes familles dites fonctionnelle, organique et iatrogène ou médicamenteux. Dans la première catégorie sont rangées les anomalies du contenu des selles (selles pas assez riches en eau ni en fibre). Ce type de constipation est courant chez la plus part des personnes dénutries. Dans la catégorie organique nous avons la diminution de la motricité digestive, le dysfonctionnement de la flore intestinale, le cancer du côlon ou du rectum ou le diabète, entre autres. Au niveau des causes iatrogènes retenons la prise de médicaments constipants tels que les antispasmodiques, les antidiarrhéiques ou encore les antidépresseurs. Une étude montre aussi que la constipation peut être dans certains cas héréditaires.

La constipation peut être d’ordre psychologique

La constipation n’est pas que d’origine biologique comme nous venons de le voir. Elle a aussi des causes psychologiques surtout chez certains enfants ou adultes. De nombreux enfants ont peur de d’aller à la selle et se retiennent d’aller au cabinet. Certains ont une peur bleue de l’orifice du WC qui risque de les avaler, tout entier, comme un monstre. D’autres ont plutôt des problèmes plus sérieux au niveau du rectum. Ceux-ci peuvent ressentir des douleurs lorsqu’ils défèquent. Cette douleur est causée par une fissure anale qui enlève toute envie d’aller au WC. Quand survient un besoin pressant, ces enfants contractent expressément leur sphincter, ce qui empêche les selles de sortir. Cette rétention fait se cumuler les selles dans le rectum qui se dilate au point de ne plus pouvoir se contracter de nouveau. Généralement, la cause psychologique est celle qui faut privilégier chez certains enfants au profil psychologique atypique. En traitant ce traumatisme avec l’aide des experts, l’on a plus de chance de voir son enfant tirer d’embarras.

Ces idées reçues que nous avons sur la constipation

Pendant des siècles, rapporte-t-on, la constipation a souffert de préjugés très tenaces. Ces idées ne se seraient estompées qu’au début du 20e siècle avec de nouvelles découvertes. Dans l’antiquité et le moyen âge la constipation fut pointée du doigt comme le premier responsable des problèmes de santé. C’était la mère de toutes les maladies, pour paraphraser les philosophes. Elle fut stigmatisée ainsi jusqu’au 19e siècle malgré les travaux de célèbres chercheurs. Louis Pasteur, entre autres, ne serait pas parvenu à se débarrasser de ses préjugés, malgré l’excellence de son esprit. Ainsi dénonçait-il l’empoisonnement du sang par les selles, surnageant sur une vieille théorie de l’auto-intoxication. Dans les années 1880, d’autres bactériologistes avaient découvert que la flore intestinale transformait les protéines en composés toxiques qui pouvaient contaminer le sang, par la suite. L’empoisonnement par ses propres excréments avaient donc reçu de nouveaux défenseurs et non des moindres. Aujourd’hui, la médecine moderne a relativisé cette vision catastrophique qu’on portait sur la constipation. Elle n’est plus la source de tous les maux qui accablent l’être humain. Sa nuisance a été fortement amoindrie avec la mise à jour de nouvelles méthodes diététiques.

Les dangers d’une constipation non traitée

La constipation n’est point un mal qui doit constituer un danger pour tout individu. Il n’engendre des complications que dans les cas d’extrême négligence. Quel que soit le type, les risques liés à la constipation sont très faibles. Bien qu’un dépôt très important de matières fécales puisse poser un problème d’occlusion intestinale, l’individu ne risque pas pour autant de passer de vie à trépas. En revanche, laisser s’installer une constipation chronique sur le long terme n’est pas du tout conseillé. Les risques de l’apparition d’une lésion ou d’une maladie sont réels. Chez l’enfant il peut survenir des troubles du fonctionnement du sphincter anal. Dans la même veine, nous avons l’apparition de la maladie de Hirschsprung, liée à un défaut d’innervation du rectum. Chez l’adulte également certaines maladies peuvent se déclarer à savoir le cancer du rectum, le cancer du côlon ou les polypes. Outre ces maladies tumorales nous avons les kystes, l’utérus trop volumineux ou la compression du côlon. En cas d’apparition de ces maladies, il faut immédiatement aller se faire consulter par un médecin qui saura quoi vous prescrire.

L’usage des purgatifs et des laxatifs pour traiter la constipation

La constipation peut se traiter de plusieurs manières selon notre mode de vie et la société dans laquelle nous vivons. L’un des moyens de lutte contre l’inconfort intestinal c’est l’usage de purgatifs et des laxatifs. Les premiers sont des remèdes qui ont la propriété de purger, de nettoyer et de faciliter les évacuations intestinales. Ils ont une action plus radicale et immédiate de modification des matières fécales. Il y en a de plusieurs sortes : les salins qui emmènent l’eau dans l’intestin et les stimulants qui facilitent le transit intestinal. Dans ces derniers on range souvent les huileux et les anthracéniques. A côté des purgatifs nous avons les laxatifs qui ont un effet beaucoup plus lent que les premiers. Ils ont pour rôle de ramollir les selles pour rendre plus facile leur évacuation. Ils peuvent être administrés par voie orale ou rectale. Ils y en également plusieurs types que voici : les laxatifs de lest, les lubrifiants, les laxatifs osmotiques, les laxatifs de contacts… Bien qu’ils soient très efficaces, il faut les prendre avec précaution. Les purgatifs tout comme les laxatifs peuvent occasionner des dommages non négligeables.

Quelques avertissements au sujet des purgatifs et des laxatifs

Pour soigner la constipation, il ne s’agit pas d’aller à la pharmacie et d’acheter les purgatifs ou les laxatifs. D’un côté les purgatifs peuvent avoir des effets secondaires que l’on connait sous le nom de maladie des purgatifs. Cette maladie se signale quand on abuse des purgatifs surtout ceux qui contiennent de la phénol-phtaline. Lorsque cette substance est ingérée à grande dose elle entraine une cascade de réactions biologiques et chimiques. Cette consommation exagérée conduit tour à tour à une hypersécrétion, à une déperdition importante de potassium et à un ralentissement cardiaque et rénal. Chez la femme, l’abus des laxatifs conduit à la détérioration progressive de la muqueuse colique. Une utilisation exagérément prolongée des laxatifs irrite aussi les parois intestinales et entrainent une constipation chronique. Ce n’est évidemment pas ce qu’on recherche, c’est pourquoi il va falloir doser et surtout avoir toujours recours à un médecin. A la longue, les laxatifs entrainent une dépendance de l’intestin qui ne peut plus fonctionner de lui-même, parce que trop habitué à être aidé dans sa tâche. C’est pourquoi il ne faut pas en abuser car l’excès nuit toujours. Si ces moyens curatifs peuvent être très bénéfiques, il faut privilégier la prévention en adoptant une hygiène alimentaire.

Les conseils nutritionnels pour lutter contre la constipation

La meilleure médecine, l’on le sait depuis plusieurs siècles, c’est un régime alimentaire approprié. Manger sain et équilibré évite beaucoup de maladies comme la constipation. Celle-ci résulte dans certains cas d’une mauvaise alimentation. Pour l’éviter, nous vous conseillons d’abord de beaucoup boire du jeu de fruit, mais pas de n’importe quel fruit. Les jus de certains agrumes comme les oranges et les pamplemousses sont d’excellentes cures contre la constipation. On les considère comme des laxatifs naturels car ils adoucissent les selles et permettent leurs évacuations sans problèmes. Vous pouvez prendre ces jus à jeun dans un grand verre. Il faut aussi et surtout manger des aliments riches en fibres. Ces fibres aident à débarrasser votre intestin des déchets qui l’encombrent. Vous trouverez ces fibres dans les fruits, les légumes et les céréales complètes tels que le riz et le pain. Si vous consommez déjà ces fruits, légumes et fibres il faut augmenter le volume. Attention cependant à ne pas en abuser au risque d’engendrer un autre problème. Consommer en grande quantité, ces aliments à fibres fermentent dans le tube digestif et vous ballonnent exagérément le ventre. D’un autre côté, il y a des aliments qui ne seraient pas du tout conseillés.

Des aliments à éviter en cas de constipation

L’on entend dire chaque jour qu’il y a des aliments qui provoquent la constipation. En vrai, il n’en est rien puisqu’aucun aliment n’aurait cet inconvénient-là. Tout dépendrait du mélange qu’on fait et de l’organisme de chacun. Parmi les aliments constipants on cite généralement le chocolat, le fromage, les carottes cuites, les pommes, le café et même le riz et la banane. Le riz est un aliment à fibre et la banane permet de mieux digérer, donc il ne devrait pas, en logique, être taxé d’aliments constipants. A bien y voir donc, tout est question d’individus et de spécificité de l’organisme. Ce qui peut nuire à l’un pourrait faire du bien à l’autre. Il faut cependant souligner qu’il n’existe pas d’aliments naturellement constipants, surtout du côté des fruits et légumes. Beaucoup de nutritionnistes s’accordent pour dire que la constipation est exclusivement liée au manque de fibres et surtout à la carence en eau. Même si aucun aliment ne constipe, il y a aurait certains produits qui s’y prêtent. Il s’agit notamment du sirop contre la toux et de certains hypotenseurs. A ces conseils diététiques, nous ajouterons une cure d’eau, toute aussi efficace.

Ne pas boire n’importe quelle eau

Généralement les médecins conseillent, pour éviter la constipation, de consommer beaucoup de fibres mais aussi de boire beaucoup d’eau. Du point de vue quantitatif, il est indiqué en moyenne 1,5L par jour soit 8 verres. Il est surtout conseillé de boire beaucoup d’eau, très tôt le matin, à jeun. La consommation d’eau est très avantageuse pour l’organisme et surtout pour l’intestin où cette eau agit comme un laxatif. Comme la constipation est en grande partie due au manque d’eau, il ne faut pas se gêner d’avaler des gobelets entier. Quand on ne boit pas de l’eau, on contraint le corps à travailler autrement. L’eau qui n’a pas été transformée en urines est réabsorbée par le côlon. Il l’utilise pour satisfaire les besoins en eau du corps au lieu que cette eau soit convoyée vers les selles qui en consomment 80% du volume totale ingurgité. Du coup les selles sont privées d’eau et elles deviennent dures, d’où la constipation. C’est la raison pour laquelle il faut toujours s’efforcer de boire même quand on en n’a pas l’envie. Vous devriez le faire pour votre propre santé et pour dire « bye bye ! » à la constipation. Si la consommation d’eau est un remède contre la constipation, il faut préciser que ce n’est pas n’importe quelle eau qu’il faut boire. Une eau fortement minéralisée est un meilleur allié qu’une eau qui l’est faiblement ou qui ne l’est pas du tout. En effet, une eau très minéralisée contient davantage de sulfates et de magnésium. Ces éléments chimiques ont la réputation de lutter contre l’apparition de la constipation. Nous finirons notre article par quelques conseils pratiques qui vous aideront au quotidien.

Les attitudes quotidiennes que peuvent vous évitez la constipation

Dans la vie quotidienne il y a des habitudes qui nous sauvent de la constipation. Parmi ces habitudes nous retrouvons le sport, bien évidemment. Pratiquer du sport est très bénéfiques pour l’ensemble du corps humain. Faire du sport, notamment la musculation et les abdos, raffermit les muscles, surtout ceux situés au niveau de la ceinture abdominale. Des exercices réguliers faciliteront aussi l’évacuation des selles. Un autre conseil est de vous masser ou de vous faire masser régulièrement le ventre pour réveiller un intestin trop « paresseux ». Le troisième conseil portera sur le temps mis au WC. Lorsque vous allez aux toilettes évitez de vous presser car rien ne vous presse. Prenez votre temps pour vider convenablement votre intestin. Lire un livre ou un magazine ou même écouter de la musique vous aidera en ce sens si vous avez tendance à vous ennuyer. Ensuite il faut faire un effort pour aller aux toilettes à des heures régulières. Aller aux toilettes à des moments précis de la journée, habituera votre organisme à un certain rythme. L’organisme n’aime pas les changements impertinents, tout comme nous d’ailleurs. C’est un peu comme pour le cas de notre appareil digestif. Lorsque vous habituez votre organisme à manger à une certaine heure, il travaille pour votre plus grand confort. Enfin il faut éviter de contrarier l’organisme en lui refusant ce que de droit. Lorsque vous sentez une envie pressante ne vous gênez pas pour y aller, quel que soit le moment où il se déclenche. C’est un besoin biologique donc libérez-vous comme il se doit. Quand vous vous retenez, vous usez considérablement votre intestin comme celui qui retient son urine use sa vessie. Si vous voulez faciliter votre transit intestinal, observez ces quelques conseils et vous nous en direz des nouvelles.

DJ Arafat Débordo Leekunfa

Arafat à Debordeau : « Si tu manges, je mange »

REPLAY : Célibataire et heureuse est-ce Possible ?