in

Recul du Sida en Afrique

Bilan encourageant du continent noir à l’occasion de la journée mondiale

L’Afrique fait partie des continents qui ont enregistré un recul de la pandémie du Sida. A l’occasion de la journée mondiale consacrée à la maladie chaque 1er décembre, l’OMS s’est penchée sur le sur le cas du continent africain qui est l’un des plus touchés par le VIH. Des progrès considérables ont été constatés, notamment au niveau de l’accès aux antirétroviraux. Selon un communiqué, une douzaine d’états africains ont fait des progrès concernant le taux de dépistage qui frôle la barre des 60%. A titre de rappel, près de 26 millions de personnes sont porteuses du virus dans le monde. Se félicitant des acquis, l’objectif fixé par l’organisme de santé à terme est une éradication de la pandémie d’ici 2030.

Le continent africain progresse dans la lutte contre la maladie

Des progrès majeurs ont été notés à propos de la zone Afrique dans son engagement à mettre un terme au Sida. Près de 11 millions de personnes infectées sur le continent africain ont eu accès aux traitements antirétroviraux. Sur les 15 dernières années, le taux d’infection a chuté de 41% grâce à la disponibilité des traitements pour les personnes touchées. L’accès aux soins a également permis de réduire de moitié le taux de mortalité qui connaît un recul depuis l’année 2005.

Les pays africains les plus touchés

Malgré les avancées significatives reconnues en Afrique, deux états restent toujours en état d’alerte. Il s’agit du Kenya et de l’Afrique du Sud, deux pays les touchés sur le continent. Pour l’Afrique du Sud, le taux de personnes vivant avec la maladie est de 20%. Les plus exposées sont les prostituées où le taux d’infection pourrait même atteindre les 70%. C’est l’un des pays où le proxénétisme est le plus développé. Quant au Kenya, il cumule un  taux record de 24,1%. Ensemble, ces deux pays comptent près de la moitié des personnes touchées par la maladie. A elle seule, la République du Kenya pèse à hauteur de 5,5% dans la balance mondiale.

La principale cause de mortalité en Afrique

A l’issue de cette journée, le rapport publié par l’Organisation Mondiale de la Santé a évoqué la triste situation des adolescents. Pour l’OMS, le Sida est la principale cause de mortalité infantile dans la région. Sur les 15 dernières années, ce taux aurait même été multiplié par trois. A l’échelle mondiale, on constate également que le VIH est la deuxième cause de mortalité des enfants. Pour atteindre les objectifs visés à l’horizon 2030, l’OMS doit accentuer ses efforts pour freiner l’infection auprès plus jeunes. Aussi des organisations font l’objet de scandale comme le détournement en Côte d’ivoire de 2 millions de médicament contre le sida, encore quelque effort en terme de contrôle seront nécessaire afin de garantir des thérapies pour l’Afrique dans son ensemble.

Le groupe Trace lance sa radio à Abidjan

Burger King: fast-food en Côte d’Ivoire