in

Le Zimbabwe ravagé par la sécheresse

Le pays placé en état de catastrophe naturelle appelle à une grande mobilisation contre ce fléau dévastateur

Le Zimbabwe est actuellement ravagé par l’une des pires sécheresses de son histoire, un fléau qui frappe également une grande partie de l’Afrique australe. Les zones rurales du pays restent de loin les régions les plus touchées par cette pénurie.  Face à la gravité de la situation, le président Robert Mugabe a placé le pays vendredi dernier en état de catastrophe naturelle. Selon Saviour Kasukuwere, ministre zimbabwéen des travaux publics et des gouvernements locaux, ‘‘2,44 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire, soit 26% de la population’’. C’est désormais un quart des citoyens vivent sous la menace de la famine, alors qu’ils étaient seulement 1,5 millions au tout début de cette catastrophe.

Un pays entièrement dévasté

Les réserves nationales s’épuisent de jour en jour alors que la situation progressivement au chaos. Les premiers bilans de ce fléau ravageur laissent présager le pire si rien n’est fait. Dans les zones rurales, plus de ‘‘16.000’’ vaches auraient déjà succombé sous l’effet de cette chaleur intense. Dans le domaine agricole, les trois quarts de la production zimbabwéenne sont aussi partis en fumée.

Des millions de personnes menacées par la sécheresse en Afrique australe

Pour voir un fléau de cette ampleur dans la partie australe du continent noir, il faut retourner plusieurs années en arrière dans le passé. La pénurie a franchi un seuil alarmant au cours de trois derniers mois de l’année. Selon David Orr du Programme Alimentaire Mondial ‘‘les mois d’octobre, novembre et décembre ont été les plus secs depuis 35 ans en Afrique australe. Or, c’est la période cruciale des semis’’. A l’instar du Zimbabwe d’autres états comme le Malawi sont également menacés de famine. Les Nations Unies estiment que près de ‘‘2,8 millions’’ d’individus seraient concernés par l’insécurité alimentaire et quelques ‘’14 millions’’ de personnes au total du cordon austral. L’Afrique du Sud, puissance sous régionale n’est pas non plus épargnée par cette terrible catastrophe. Les coûts des denrées alimentaires ont grimpé de façon exponentielle, dû à l’impact de la sécheresse sur la production agricole.

La responsabilité de Robert Mugabe pointée du doigt

Même si l’heure est plutôt aux actions face à l’urgence qui prévaut, l’opinion internationale a toutefois tenu à souligner la responsabilité du président zimbabwéen dans la crise alimentaire qui frappe son pays. La réforme agraire mise en initiée il y’a 16 ans de cela a suscité l’indignation de la communauté internationale. Des milliers de fermiers blancs ont été dépossédées de leurs terres qui ont ensuite été redistribué à plus de 300.000 zimbabwéens. La sous exploitation de ces parcelles par les nouveaux propriétaires a fait chuter la production agricole du pays dont les réserves sont quasiment épuisées.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Le taekwondo ivoirien revient victorieux d’Agadir

Dj Arafat et Ordinateur à deux pas du divorce