Une maladie mystérieuse fait 9 morts en Côte d’Ivoire

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

URGENCE SANITAIRE A DIANRA – Pour l’heure, les autorités sanitaires sont toujours sans réponse concernant les causes qui pourraient expliquer la mort mystérieuse de certains habitants de la localité de Dianra, située dans le centre du pays, dans la région du Worodougou. Selon le premier bilan provisoire établit par les services sanitaires, neuf personnes sont déjà décédées après avoir manifesté les symptômes de cette pandémie. Après avoir appelé les populations au calme, le temps d’en savoir d’avantage sur les circonstances de ces décès en cascade, le ministère de la santé a annoncé le déploiement d’une équipe d’experts dans la région pour tenter de comprendre les causes de ce mal inconnu.

Dans la localité de Dianra, dans le centre de la Côte d’Ivoire, la stupeur gagne de plus en plus la population. A l’origine de cette frayeur, une maladie mystérieuse qui se répand dans la localité à une vitesse fulgurante. Si l’on ignore tout pour l’instant de ce mal, on sait en revanche que les personnes manifestant cette maladie présentent  plusieurs symptômes dont des œdèmes au visage. Les personnes touchées par ce mal inconnues ont souvent des vomissements accompagnés d’une grande fatigué générale. Pour l’heure, ce mal inconnu ne s’est pas encore propagé en dehors de la localité de Dianra, du moins officiellement. Mais déjà, les autorités sanitaires dénombrent 9 morts dus à cette maladie mystérieuse qui frappe le centre ivoirien. Saisi, le ministère de la santé a annoncé que les équipes médicales étaient à pied d’œuvre pour tenter d’apporter une riposte à ce mal inconnu.

En Côte d’Ivoire, les autorités sanitaires sont toujours sans réponse de ce mal mystérieux qui frappe les populations de Dianra, localité située dans la région du Worodougou. Selon un bilan officiel annoncé par le ministère de la santé, 9 personnes sont décédées suite à une maladie mystérieuse qui sévit dans la localité depuis plusieurs semaines : «Les investigations menées par la Direction Départementale de la Santé de Mankono, ont permis de faire ressortir 9 cas de décès présentant le tableau clinique de cette maladie non encore identifiée. Cependant, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique tient à porter à la connaissance de la population ivoirienne que depuis juillet 2019 aucun autre cas de décès n’a été notifié». Et malheureusement, ce bilan pourrait encore s’alourdir dans les heures qui suivent si aucune solution n’est rapidement trouvée à ce mal inconnu. Dans son communiqué, le ministère de la santé rappelle aussi que certains habitants de la localité manifestent les premiers symptômes de ce mal inconnu qui frappe la Côte d’Ivoire : «En outre, la mobilisation des équipes médicales de recherche au sein de la communauté a permis d’identifier quatre (4) personnes présentant depuis deux à trois semaines les signes de cette maladie». Les personnes atteintes par ce mal inconnu manifestent plusieurs symptômes, notamment des œdèmes au niveau du visage et des membres inférieurs, une constipation, des douleurs thoraciques (douleurs au niveau de la poitrine), des ballonnements abdominaux, une fatigue générale  et enfin des vomissements. La bonne nouvelle, c’est qu’aucun cas n’a officiellement été diagnostiqué à Abidjan, ville peuplée de près de 5 millions d’âmes, ni dans d’autres grandes villes du pays, ce qui facilitera la riposte sanitaire à ce mal inconnu.

> Lire aussi  La grève des fonctionnaires ivoiriens suivie à 44,25% dans le secteur de la santé

Le ministère de la santé prépare la riposte

«Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique invite les populations en général, et celle de Yérétièlé en particulier, au calme et à la sérénité. Par ailleurs, il est recommandé à toute personne présentant l’un des signes sus-cités à se rendre immédiatement dans le centre de santé le plus proche.  Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique appelle la population à éviter l’automédication.  Le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique tient à rassurer les populations qu’une équipe de l’Institut National de l’Hygiène Publique (INHP) en plus des cliniciens et de laborantins est mobilisé pour identifier cette maladie afin d’y apporter une riposte appropriée».

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.