Premiers résultats d’un essai contrôlé par placebo sur l’hydroxychloroquine pour COVID-19

Traitement Coronavirus – Le traitement à l’hydroxychloroquine fait toujours l’objet de nombreuses expériences aux quatre coins du monde. En Algérie, les premiers tests menés sur des patients à base de ce traitement ont été jugé satisfaisants, des résultats corroborés par une étude menée par des chercheurs chinois de la province de Wuhan, premier foyer du Covid-19.

Les premiers résultats d’un essai clinique avec l’hydroxychloroquine ont produit des résultats plutôt encourageants en Chine et en Algérie. Dans l’attente d’un vaccin qui devrait en théorie mettre des mois avant de voir le jour, de nombreux chercheurs expérimentent sur des patients du nouveau coronavirus des essais à base de chloroquine, comme l’avaient recommandé le professeur Didier Raoult, l’un des plus éminents virologue français. En Algérie, les premiers essais à base de ce vieux traitement antipaludéen redonneront sans doute une grande lueur d’espoir aux malades algériens atteints du Covid-19. Sur les 61 malades qui ont été traités à la chloroquine en Algérie, 17 ont déjà été guéris de l’infection et ont donc quitté l’hôpital, selon un média local algérien. A des milliers de kilomètres, à l’autre bout du monde, des essais à base d’hydroxychloroquine ont été effectués des patients du nouveau coronavirus, dans la Province de Wuhan, là l’épidémie du Covid-19 s’est officiellement déclenchée pour la toute première fois.

La chloroquine serait-elle la solution miracle à l’épidémie du nouveau coronavirus ? Suites aux résultats encourageants du Professeur Didier Raoult, de plus en plus de chercheurs se tournent vers l’hydroxychloroquine, un antipaludéen mis sur le marché depuis des dizaines d’années. Sur le continent africain, l’Algérie fait partie des pays ayant lancé des premiers essais cliniques à base de chloroquine. Djamila Kourta, journaliste pour le média El Watan, nous livre quelques éléments de réponse sur les résultats des premiers essais à base d’hydroxychloroquine : «Les premières évaluations des patients traités à l’hydroxychloroquine et à des antirétroviraux dès le 23 mars dernier semblent satisfaisantes. Le traitement en question initié dans les pays, tels que la Chine et par un infectiologue français à Marseille a suscité un tollé au sein de la communauté scientifique française notamment. La preuve scientifique quant à l’efficacité de ce produit antipaludéen, qui existe depuis 80 ans , n’est pas prouvée, selon certains experts…Premier établissement hospitalier à prescrire de l’hydroxychloroquine après l’approbation du protocole thérapeutique par le Conseil scientifique de suivi et d’évolution du Covid-19 le 23 mars dernier, l’hôpital El Kettar enregistre les premiers patients guéris du Covid-19 après avoir été traité à la chloroquine et aux antirétroviraux associés à un antibactérien.», écrit la journaliste algérienne. «Ces patients, dont la tranche d’âge varie entre 40 à 60 ans, ont très bien répondu au traitement de l’hydroxychloroquine étalé sur 10 jours.  Leur état s’est progressivement stabilisé et ils n’ont présenté aucun effet secondaire…Ceux qui sont traités  aux antirétroviraux, médicament destiné au VIH sida mais réservé seulement aux patients pour qui la chloroquine est contre- indiquée sortent au bout de dix jours de traitement…les résultats pour le moment sont satisfaisants sur le plan symptomatique. Des examens de contrôle seront effectués et c’est sur la base des résultats qu’on pourra se prononcer», rapporte la journaliste du média en ligne El Watan, reprenant les propos de l’infectiologue Nassima Achour.

> Lire aussi  Coronavirus en Côte d’Ivoire : 118 cas confirmés en 24h

Des essais concluant à Wuhan

Le traitement à l’hydroxychloroquine a été également administré à des patients dans la province de Wuhan. Les résultats de ces essais menés sur une soixantaine de patients ont été publiés par la revue Contagionlive : «Les premiers résultats d’un essai contrôlé par placebo sur l’hydroxychloroquine pour COVID-19 indiquent que les patients hospitalisés pour une maladie bénigne se sont rétablis plus rapidement avec l’ajout du médicament qu’avec le placebo au début d’un traitement standard.», écrit  Kenneth Bender. «Les données de cette étude ont révélé qu’après 5 jours de traitement à l’hydroxychloroquine, les symptômes des patients atteints de COVID-19 étaient considérablement soulagés, se manifestant par un raccourcissement du temps de récupération pour la toux et la fièvre», rapportent les scientifiques chinois à l’origine des essais.

Vous pouvez aussi aimer