Covid-19 : menace de grève dans le secteur du transport en Côte d’Ivoire

Publicités

Coronavirus en Côte d’Ivoire – Si le pays avait réussi à inverser la courbe de contamination il y’a de cela quelques mois, les cas positifs de Covid-19 ont connu une recrudescence ces dernières semaines. Le gouvernement ivoirien a décidé de réinstaurer l’état d’urgence sanitaire, une situation pourrait être suivie de certaines mesures contraignantes, comme la réduction du nombre de passagers dans les transports en commun.

La maladie à Covid-19 en Côte d’Ivoire est loin d’être un mauvais souvenir. Plus inquiétant encore, le nombre de cas de contaminations a connu une ascension inquiétante ces dernières semaines. Il y’a quelques jours, le président ivoirien tenait un conseil national de sécurité pour étudier les nouvelles perspectives face à la recrudescence de la maladie en Côte d’Ivoire. Parmi les mesures contraignantes qui pourraient être prises, la réduction du nombre de passagers dans les transports en commune, une décision qui suscite une vive polémique chez les transporteurs. Président de la Coordination nationale des gares routières, Adama Touré a annoncé qu’une grève pourrait frapper le secteur des transports en commun, si le gouvernement décidait de réduire le nombre de passagers dans les véhicules de transport commun. Pour l’heure, le gouvernement ivoirien multiplie les campagnes de sensibilisation sur la nécessité du port de masques dans les lieux publics, une sensibilisation qui pourrait être suivie d’une vaste répression si les cas continuaient d’augmenter.

Le secteur du transport en Côte d’Ivoire a considérablement souffert en raison des mesures de lutte prises par le gouvernement pour freiner la propagation du coronavirus. Alors que le pays fait face à une seconde vague de contamination, les transporteurs s’opposent à toute idée de réduction des places dans les transports en commun : «Si les autorités réduisent le nombre de passagers dans les véhicules de transport en commun, nous allons entrer en grève…J’annonce ici et maintenant, l’exclusion toute faite à l’endroit de la Cngr-CI, dans tous les sujets consistants, notamment la formation et le renouvellement du parc automobile, par certains décideurs tapis dans l’ombre. La tutelle qui a imputée l’exécution du projet à l’Oser, ne forme que les membres d’une organisation. A l’intérieur à Abidjan comme à l’intérieur du pays, on s’est heurté à la même exclusion. Aucun membre de la Cngr CI n’en a bénéficié. Pourtant la Cngr est fortement implantée sur le territoire national avec 74 sections et plus de 10.000 membres…Ce que nous voulons, c’est la professionnalisation du secteur des Transports, mettre de l’ordre dans le milieu et transformer la perception négative que le public a des acteurs», a déclaré Touré Adama, président de la Coordination nationale des gares routières en Côte d’Ivoire.

Recrudescence de la maladie

«A la date du 02 février 2021, la Côte d’Ivoire dénombre 28 607 cas confirmés de COVID-19 et 158 décès sur un total de 349 351 prélèvements analysés soit en moyenne 8,2 % de taux de positivité.  Une comparaison des mois de décembre 2020 et de janvier 2021 montre que la Côte d’Ivoire a enregistré respectivement 1169 et 5 909 cas positifs.  Le nombre des cas positifs a été multiplié par 5 avec un taux de positivité moyen de 2,9 % en décembre, qui est passé à 7,3 % en janvier 2021. Ce constat montre que le virus progresse très rapidement dans nos différents lieux de vie et dans nos communautés avec pour corollaire l’augmentation du nombre de cas graves et de décès, en raison essentiellement du non-respect des mesures barrières. Aussi, pour éviter une explosion épidémique et une saturation des services dédiés à la riposte contre la pandémie, le Conseil insiste sur le port du masques : – dans les transports en commun,  – dans les services publics et privés,   – dans tous les espaces publics,  Ainsi que le respect de la distanciation physique, qui implique la limitation des déplacements non essentiels et des rassemblements festifs et religieux en vue de reprendre le contrôle sur l’épidémie.», explique le porte-parole du gouvernement.

Commentaire

0 Commentaire

Vous pouvez aussi aimer

Publicités