in

La fin du sida en Afrique?

Il y a vingt ans à cause de l’épidémie du sida, l’Afrique était considérée comme une cause perdue. Le continent Africain était en train d’être décimé par le SIDA (avec des infections mortelles “normales” comme la fièvre jeune, les candidoses et la tuberculose) et il semblait aussi qu’il n’y avait pas d’autre moyen de réduire le virus VIH, et encore moins de stopper cette nouvelle épidémie mondiale.

Fin du sida en Afrique

Grâce à des médicaments antirétroviraux efficaces et aux efforts déployés avec une plus grande distribution, comme par exemple l’inde avec des antiviraux générique, l’Afrique en 2017 est maintenant dans une phase de son histoire très différente, souligné par un bilan de décembre 2017 de l’Organisation mondiale de la santé, qui s’intéresse particulièrement au développement au Kenya.

Alors la fin du sida en Afrique est-elle possible ?

“D’ici à 2030, selon l’OMS, il ne doit pas y avoir de nouvelles infections, pas de décès liés au SIDA et aussi aucune préconception ou discrimination liée au virus.” Griffins Manguro, La discussion, 28/12/17

Même ceux d’entre nous qui ont participé à la recherche sur le VIH ou qui ont adhéré à l’épidémie dès le départ, découvrent que les progrès réalisés contre HELP sont tout simplement incroyables. Au départ, un petit arrière-plan.

Le début des années 1990, plus d’une décennie après la découverte initiale du VIH, était probablement la période la plus impuissante à l’arrière-plan de l’infection. En 1993, quatre ans après l’approbation du premier médicament AZT contre le SIDA, il était évident que ni l’AZT n’était capable de traiter ou de réguler l’infection. L’épidémie se répandait de plus en plus dans le monde entier et le taux de mortalité était alors de 100%, que vous soyez dans un pays pauvre d’Afrique ou dans la ville d’Abidjan en Côte d’Ivoire ou a Paris. À l’exception des médicaments qui aident à repousser les infections opportunistes, il n’y avait pas de traitement anti-VIH efficace. L’humeur morose à l’époque est montrée dans un point de vue sur le sida, qui a été présenté lors du 20ème Séminaire international sur le sida en 2014.

“Malheureusement, 1993 est une année frustrante dans la recherche sur le VIH: les résultats du test Concorde de monothérapie à l’AZT ne montrent aucun avantage durable ou outil, et l’influence économique de l’épidémie de SIDA devient de plus en plus perceptible.”

 

Les années 1990, prise conscience mondiale

Bien que les années 1990 aient été une période très sombre (2) en Afrique, c’était en fait le début du temps aux Etats-Unis où l’infection par le VIH devenait une condition pratique (comme le diabète sucré) au lieu d’une condamnation à mort automatique.

Bien que la progression contre HELP progressait régulièrement depuis 2005, les résultats de ces initiatives n’étaient pas évidents jusqu’en 2011, lorsque des tests médicaux ont révélé que sous des problèmes réglementés, la transmission des hommes séropositifs aux femmes séronégatives était réduite de 96% si les hommes pris correctement les médicaments antirétroviraux (3). Dans le même temps, d’autres tests ont révélé que la transmission verticale (mère à enfant) pouvait être réduite de moins 30% à 1% (4).

Comme je l’écrivais en 2011 dans Clinical Progress Today,

«avec un dévouement suffisant, mai 2011 sera certainement à l’esprit comme un mois remarquable, le moment où nous avons observé le début de l’épidémie internationale HELP».

En 2017, le nombre de personnes sous traitement antirétroviral au Kenya était supérieur de 40% à celui de 2013.
Sur les 1,5 million de personnes séropositives au Kenya, 66% reçoivent un traitement antirétroviral.

Ce nombre devrait atteindre 90% d’ici 2020

D’ici 2020, on s’attend à ce que 90% des personnes séropositives au Kenya reconnaissent leur état.
Le CSI prévoit que d’ici 2030, il n’y aura certainement pas de décès ou d’infections nouvelles par le VIH.
Aux États-Unis, les décès dus au sida ont commencé à diminuer en 1995. Ressources: Centre national de statistiques sur la santé et le bien-être

Juste ce que nous voyons n’est rien, sauf une merveille médicale. J’ai l’impression qu’il y a si peu de temps que mes collègues ont connu un échec après 14 ans de plus, jusqu’à ce que Roche présente Invirase, le premier médicament anti-VIH à action directe, en 1995.

Considère-le. Pas de décès liés au sida ou de toute nouvelle infection en Afrique d’ici 2030? Cela aurait certainement été science-fiction il y a vingt ans (5). Actuellement, c’est réel. Incroyable.

REMARQUES:

(1) Le VIH est un rétrovirus. Les rétrovirus, qui sont assez inhabituels. Ils 1) Convertir l’ARN viral directement en ADN en utilisant une enzyme appelée transcriptase inverse 2) Insérer l’ADN viral directement dans l’ADN humain en utilisant une enzyme appelée intergrase. C’est pourquoi les médicaments contre le SIDA sont parfois appelés HAART (thérapie antirétrovirale extrêmement active).

(2) À la fin des années 1990, les tout premiers médicaments inhibant la réplication du VIH étaient facilement disponibles aux États-Unis. Pour la toute première fois, les décès dus au sida ont commencé à diminuer.

(3) Dans la vraie vie, le traitement est beaucoup moins efficace en raison d’une mauvaise adhérence à la routine de la médecine.

(4) En 2016, Cuba est devenue la première nation à éliminer complètement la transmission mère-fœtus

Sénégal : visite de Henri Grand-duc de Luxembourg

Investiture de George Weah : les défis du nouveau président libérien