in

Sexualité : que sait-on de l’éjaculation féminine ?

La sexualité féminine, voilà l’un des sujets les plus tabous des sociétés humaines, qu’elles soient évoluées ou non. Le fait est que l’évocation même du plaisir féminin dérange, il provoque de la gêne.

Ejaculation féminine

Les femmes elles-mêmes en ressentent une certaine honte ce qui les pousse à ne pas en parler. Cette attitude leur fait ignorer le fonctionnement de leur corps face à l’acte sexuel. Par habitude social, et peut-être par machisme social, l’on a longtemps ignoré l’orgasme féminin parce qu’on ne voulait pas croire qu’une femme puisse ressentir du plaisir pendant les rapports sexuels.

C’était mal vu et ce refus de donner du plaisir à la femme a surement été aux fondements de certaines pratiques comme l’excision. Pourtant la femme a droit, autant que l’homme, à goûter à ce délice intense que procure le rapport sexuel. Son organisme est constitué à cet effet ; il est fait pour éprouver l’orgasme autant que l’homme. C’est le moment de dire qu’il existe bel et bien une éjaculation féminine. Elle se déclenche seulement dans certaines conditions selon le travail effectué par le partenaire. Cette éjaculation féminine peut-être parfois très abondante d’où l’expression imagée de « femme fontaine ». En effet, lorsque la femme se trouve dans un certain état de plénitude, dans les bras de son homme, elle délivre ce liquide, souvent en grande quantité. Cet éjaculat ne tâche pas, ne salit pas, ne sent pas, selon les médecins spécialistes. Toutefois il faut préciser que l’éjaculation n’a rien à voir avec l’intensité de l’orgasme. Avec la découverte, ou plus justement la mise en lumière de ce phénomène sexuel, c’est la dictature du mâle qui s’effrite. Néanmoins, il faudrait que les partenaires se montrent un peu plus stratèges lors de leurs ébats pour déclencher le processus. Allons maintenant à la rencontre de ce phénomène de la sexualité féminine, jusqu’ici méconnu.

Sommaire :
Quelles sont les origines de l’éjaculation féminine
Que sait-on du liquide que la femme expulse
Femme fontaine : Toutes les femmes le sont-elles ?
Y’a-t-il lien entre orgasme et éjaculation précoce ?
L’éjaculation féminine aussi taboue que l’orgasme

Quelles sont les origines de l’éjaculation féminine

L’«éjaculation féminine» est un sujet qui a commencé à être traité qu’au début du 20e siècle. Une longue tradition masculine des sociétés humaines, reléguait cette question au rang de tabou. Dans les premières décennies des années 1900, des scientifiques vont commencer à briser le carcan des préjugés pour révéler la vérité sur la sexualité féminine. L’un de ceux-ci, et peut-être le plus célèbre, est l’Allemand Ernest Gräfenberg. En 1950, il révèle une zone du vagin, sur la face antérieure, qu’on nomme Point G ou Point de Gräfenberg. Le scientifique découvre que pendant l’orgasme, cette partie gonfle avec le désir et produit un liquide qui sort par les voies urinaires. C’est la sortie de ce liquide qu’on appelle l’éjaculation féminine. Plus précisément, ce liquide est produit par des glandes appelées glandes de Skène ou glandes para-urétrales parce qu’elles se situent autour de l’urètre. Ces glandes de Skène ont un rôle similaire à la prostate chez les hommes. C’est pourquoi on les appelle souvent prostate féminine.

Que sait-on du liquide que la femme expulse

Lorsque le partenaire de la femme excite proprement son point G ou point de Gräfenberg, il se produit une série de réactions biologiques. Comme on l’a dit plus haut, le point G se gonfle puis les glandes de Skène produisent un liquide qui est expulsé par les voies urinaires. L’éjaculation féminine, c’est-à-dire l’expulsion de ce liquide, peut aussi coïncider avec l’orgasme qui s’effectue au niveau du vagin. Le liquide de l’éjaculation féminine n’est en rien comparable avec le sperme masculin. L’éjaculat chez la femme est un liquide de la couleur de l’eau, autrement dit translucide. De plus il est inodore et sans saveurs et ne tâche pas selon les scientifiques. Le liquide expulsé par la voie urinaire peut atteindre jusqu’à 50 ml chez certaines femmes. Cette abondance a souvent fait penser que ces femmes souffraient d’incontinence urinaire pendant les rapports sexuels. Par ignorance, beaucoup d’entre elles auraient été opérées pour cela aux Etats Unis. Aujourd’hui l’on sait que l’éjaculation féminine n’a rien à voir avec une quelconque incontinence urinaire même si elle sort par les voies urinaires. Si l’éjaculation féminine est un fait avéré, il est à noter que toutes les femmes ne le vivent pas de la même façon. Chez certaines femmes la quantité de liquide éjaculé est plus importante. Dès lors on parle de femmes fontaines, une expression très explicite. Peut-on croire qu’il existe naturellement des femmes fontaines et des femmes qui ne le sont pas ?

Femme fontaine : Toutes les femmes le sont-elles ?

Toutes les femmes peuvent en principe être des femmes fontaines. Il n’y a pas de particularités biologiques qui font que certaines femmes évacuent plus de liquide que d’autres. Le terme de « femme fontaine » convient aux femmes dont la quantité d’éjaculat est très élevée. Sinon toutes les femmes connaissent l’éjaculation lors des rapports sexuels. La seule différence est que certaines femmes produisent davantage de liquide que d’autres. Celles qui en secrètent moins sont seulement moins réceptives, comme nous le verrons ci-dessous. Lorsque l’éjaculation est d’une quantité infime, elle n’est jamais perçue par le partenaire. Dans ce cas, l’éjaculat fonctionne comme un lubrifiant vaginal. Ce phénomène de lubrification serait totalement méconnu jusqu’alors. Il y a des histoires selon lesquelles des hommes se seraient écœurés de voir leur partenaire éjaculer autant. Certains en auraient même été intrigués, n’étant point habitués à voir pareille chose. Pourtant c’est une réaction naturelle qui ne se déclenche que dans certaines circonstances de plénitude et d’abandon de soi. Par conséquent certaines femmes ne devraient pas avoir honte d’être aussi abondantes. Pour les autres, qui estiment qu’elles sont défavorisées parce qu’elles n’éjaculent pas abondement, il faut rappeler que l’éjaculation n’est pas en soi un signe de triomphalisme féminin. Elles peuvent elles aussi y accéder à condition de parier sur le bon « étalon ».

Y’a-t-il lien entre orgasme et éjaculation précoce ?

Généralement l’éjaculation féminine intervient lors de l’orgasme. Quand le point G se gonfle, les glandes de Skène libèrent ce liquide translucide qui s’évacue par les voies urinaires. Il ne pas pour autant croire que l’éjaculation féminine est synonyme d’orgasme. Elle n’a absolument rien à voir avec l’orgasme qu’une femme atteint quand son point G est trouvé par le conjoint et permet de maintenir une sexualité dans son couple. En outre l’éjaculation féminine n’intervient pas forcement quand l’orgasme atteint un certain paroxysme. Elle peut carrément survenir alors que l’orgasme est juste mécanique, c’est-à-dire sans aucune intensité. De fait, tout serait question de confiance et de confort éprouvé par la femme dans les bras de son homme. C’est là qu’on reconnait l’importance de l’état psychologique dans la plénitude sexuelle. La jouissance n’est donc pas qu’une question de mensuration ou de maestria. Le sociologue Jacques Salomé pensent que les femmes sont toutes des femmes fontaines, à condition qu’elles tombent sur le bon conjoint. Lorsque l’homme se montre plus doux, plus attentif, plus aimant, la femme a tendance à s’abandonner entièrement à lui et au plaisir. « Nombreuses sont celles qui témoignent l’avoir découvert avec un partenaire plus sensible que leur partenaire habituel. Le phénomène ne s’étant pas manifesté auparavant avec lui, visiblement » témoigne le sociologue Jacques Salomé. Les femmes gagneraient donc à toujours trouver le bon partenaire pour expérimenter ce phénomène capricieux. De nos jours, les femmes peuvent aisément répondre à ces besoins comme la sexualité s’est démocratisée. Il y a quelques années ce n’était pas évident pour une femme de parler de sa sexualité. Même encore aujourd’hui les préjugés ont la peau dure, particulièrement dans certaines régions du monde.

L’éjaculation féminine aussi taboue que l’orgasme

L’éjaculation féminine, ainsi que l’orgasme, est un sujet particulièrement tabou. De fait, elle a été, pendant longtemps, assimilée à une incontinence urinaire. Cette conception est profondément ancrée dans la pensée populaire. Elle est censurée par le moi culpabilisant de la jeune fille mais surtout par l’autorité des parents, y compris celle de la mère. Celle-ci a été aussi la victime de cette tradition mais, sans le vouloir, elle la perpétue. La jeune fille développe une culpabilité née dans sa petite enfance. A l’âge adulte, elle éprouve encore cette honte devant son partenaire. Si ce dernier n’est pas très ouvert et sachant, il pourrait davantage accentuer la gêne ressentie par sa conjointe. Un conjoint qui en sait un rayon sur la sexualité féminine serait l’idéal car il est compréhensible et précis dans sa façon de s’y prendre. Le sociologue Jacques Salomé pense que le regard du partenaire est d’une importance capitale dans la vie amoureuse de la jeune fille. Parlant de la nécessité d’un choix judicieux de son conjoint, il affirme : « Ainsi, la qualité de la rencontre, une confiance particulière, la possibilité de s’abandonner avec un partenaire davantage tourné vers elle, sont autant de facteurs qui favorisent l’émergence du phénomène et de son acceptation ». Cette déclaration souligne assez bien la place cruciale de la complicité et de la confiance dans une relation. Elles sont comme des étincelles qui enflamment le harem de l’amour.

1 Point ou Zéro ?

2 points
Upvote Downvote

Total votes: 2

Upvotes: 2

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Crise à la FIF : Sidy Diallo réhabilité par la FIFA

Côte d’Ivoire : grande marche de l’opposition pour une réforme de la CEI