Accueil SOCIETE Augmentation du prix de la viande : le district d’Abidjan s’explique

Augmentation du prix de la viande : le district d’Abidjan s’explique

Augmentation du prix de la viande : le district d’Abidjan s’explique

AUGMENTATION FRAIS D’ABATTAGE – Depuis quelques jours, une folle rumeur s’est emparée des réseaux sociaux concernant une possible hausse du prix du kilo de viande. A en croire les informations diffusées sur la toile, le kg de viande passerait de 2200frs à 3000 frs Cfa désormais. Face à l’inquiétude des populations, le district autonome d’Abidjan a décidé de clarifier les choses.

L’augmentation du prix de la viande à Abidjan suscite des vives inquiétudes chez la population, surtout auprès de la classe moyenne. Selon les informations qui circulent sur la toile, les consommateurs auront à débourser désormais 3000 frs Cfa pour le prix du kilo, contre 2200 frs Cfa actuellement sur le marché local. Cette différence de 800frs, soit un peu plus d’un euro 30, est une véritable source de gêne chez les consommateurs. Face à l’ampleur que prenaient les choses, le district d’Abidjan a animé une conférence de presse pour donner de plus amples détails sur ce nouveau sujet qui suscite l’inquiétude des consommateurs ivoiriens.

Le prix du kg de viande a-t-il réellement augmenté en Côte d’Ivoire ? Les consommateurs ne cachent plus leur inquiétude, depuis que certains acteurs de la filière bovine ont organisé une marche il y’a quelques jours pour protester contre les nouvelles mesure en vigueur. Selon le district d’Abidjan, le prix du kg de viande n’a nullement augmenté, encore moins les frais d’abattage des bovins. Et plusieurs informations circulant sur la toile ont révélé que les frais d’abattage en question qui s’établissent à 3000 frs, seraient passés à 22 000 francs Cfa, d’où la colère de certains acteurs de la filière. Mais le disctrict autonome d’Abidjan précise que les frais perçus par l’état n’ont nullement augmenté, comme cela a été répandu sur la toile ces derniers jours : «Le District Autonome d’Abidjan n’a jamais augmenté les prix de l’abattage. C’est une confusion suscitée volontairement par des acteurs, sentant des choses leur échapper, pour attirer l’émotion. Comment le District peut-il, au moment où le Président de la République parle d’année du social, monter des prix de 3000 francs à 22.000 francs ? Soit près de 700%. Le District d’Abidjan est quand même le prolongement, au plan local, des actions du gouvernement. A ce titre, il ne peut pas ramer à contre-courant des décisions gouvernementales. C’est donc burlesque, grotesque, rocambolesque et ubuesque de raconter ces choses inventées de toute pièce. Le District a toujours perçu 3000. Et c’est ce montant qui sera toujours perçu par le District Autonome d’Abidjan malgré les travaux d’hercule réalisés à l’abattoir, palpables depuis 2011 pour offrir à ce lieu un beau visage.». Selon le district, la confusion vient du fait qu’un rééquilibrage des frais d’abattage a été mis en place. Par le passé, «les frais d’abattage oscillaient entre 20.750 et 30.000. Sur ce montant, le District perçoit 3000 comme indiqué… Le District a donc décidé qu’au lieu de payer entre 20.750 et 30.000, désormais pour une opération d’abattage, il sera perçu 22.000 y compris sa part qui reste toujours maintenue à 3000 Francs. En somme, les 3000 vont dans les caisses du District et les 19.000 restants chez l’entreprise qui a investi plusieurs milliards pour la modernisation de l’abattoir».

> Lire aussi  Expulsion de 5000 étudiants : Makosso interpelle le président

Le district rassure les consommateurs

«Je voudrais dire aux populations de se tranquilliser car le District n’a augmenté aucun frais. Bien au contraire, nous avons réduit les coûts qui variaient entre 20.750 et 30.000 pour les maintenir à 22.000 dans lesquels le District perçoit toujours, depuis longtemps et malgré les vastes travaux réalisés 3000 francs CFA. Par conséquent, aucune hausse du prix de la viande ne peut se justifier. Encore moins de pénurie car nous disposons d’une chambre froide hyper moderne d’une capacité de stockage de plus de 2000 carcasses de bovins et d’ovins». En somme, les consommateurs n’ont pas de quoi s’inquiéter, mais ces justifications du district n’excluent pas la possibilité d’une hausse.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.