Accueil SOCIETE Transport commun Abidjan : vers la fin du phénomène gnambros?

Transport commun Abidjan : vers la fin du phénomène gnambros?

Voyageur gare routière ci

Lutte contre les gnambros – Le milieu des transports en commun à Abidjan est infesté depuis quelques années par un nouveau groupe de syndicats. Ces individus, après avoir installé quelques gares anarchiques à certains carrefours de la capitale économique ivoirienne, prélèvent une certaine somme sur chaque véhiculé de transport commun qui stationne dans leur gare anarchique. Impuissants, les chauffeurs ne peuvent que payer ce droit avant d’embarquer des passagers pour exercer leur activité. Mais depuis quelques jours, ce nouveau groupe syndicaliste est mis en difficulté dans plusieurs quartiers de la capitale économique, notamment Koumassi. Suite à des violences entre groupes de syndicats, le maire de la commune de Koumassi a pris un arrêté mettant fin aux activités syndicales dans le domaine du transport, une décision qui a véritablement accélérer la lutte contre les gnambros.

Les autorités ivoiriennes inversent progressivement la courbe dans la lutte contre le phénomène gnambros dans le milieu du transport commun à Abidjan. Mais un coup d’accélérateur a été donné dans cette chasse le mois dernier suite à la mort d’un maréchal de logis de la gendarmerie nationale de Côte d’Ivoire. Pour avoir mis un terme à une bagarre dans la commune de Yopougon, entre transporteurs et syndicats, le MDL a été pris à partie par un groupe mécontent de mafieux qui infestent le milieu du transport en commun. Et le gendarme sera malheureusement abattu par son arme de service par un gnambro. Ce décès donnera un coup de frein à la lutte contre ce phénomène dans la commune de Yopougon. Dans un premier temps, la municipalité, en collaboration avec les forces de l’ordre, procèdera à la fermeture de plusieurs gares de transports anarchiquement installées.

Si les gnambros faisaient par moment la pluie et le beau temps dans le milieu du transport en commun à Abidjan, ce n’est plus le cas depuis quelques semaines. Dans la capitale économique ivoirienne, les communes les plus confrontées à ce phénomène ont pris des mesures pour assainir le secteur du transport et permettre aux transporteurs d’exercer en toute quiétude leur profession. A Cocody, le maire de la commune a interdit l’activité des gnambros. Et le maire de la commune de Koumassi ne tardera pas emboiter le pas. Suite à une grosse bagarre entre syndicalistes, Cissé Bacongo a pris un arrêté suspendant toute activité syndicale dans sa commune, et jusqu’à nouvel ordre. Les forces de police veillent au respect de cette police, puisqu’un important dispositif sécuritaire a été déployé à l’entrée de la commune, lieu où exercent principalement les gnambros. Dans la commune de Yopougon, la lutte contre ce phénomène a retenue une attention beaucoup plus particulière. La cause, le décès d’un gendarme lâchement tué par gnambro.  Dès lors, des dispositions ont été prises par la municipalité pour accélérer cette lutte. Dans un premier temps, les forces de police ont procédé à la destruction des gares de transports anarchiques installées par ces gnambros dans la commune. Mais ce n’est pas tout, car la traque aux gnambros a été officiellement lancé le mois dernier dans plusieurs quartiers d’Abidjan.

> Lire aussi  Le préfet d’Abidjan agressé lors d’une visite à Attecoube

Plus d’une centaine de gnambros arrêtés

«Ce vendredi 13 septembre 2019, de 07heures à 14 heures, s’est tenue au commissariat de police du 8ème arrondissement, une opération conjointe de la Police et de la Gendarmerie dans le cadre de la lutte contre LES GNAMBROS. Cette opération s’est soldée par l’interpellation de 100 individus dont 08 en flagrant délit de vente de tickets, d’encaissement ou de prise de vues. Tous ont été transférés au service des Enquêtes Générales de la Préfecture de Police d’Abidjan.», expliquait la direction de la police nationale dans un communiqué datant du mois dernier. Et dans le cadre de l’opération Epervier lancée par la police, «02 opérations de Police ont été menées dans la zone du 17ème arrondissement de Yopougon dans le cadre de la mise en œuvre de l’opération ÉPERVIER 5. Au cours de la 1ère opération relative à la lutte contre le phénomène « Gnambro », 15 individus ont été interpellés.», annonce la police dans un communiqué.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.