Orpaillage clandestin : un responsable Pdci arrêté (Doumbia Major)

Lutte contre l’orpaillage – Au mois de juin, le président du PDCI RDA faisait de troublantes révélations sur la présence de certains orpailleurs que le gouvernement ivoirien ferait entrer discrètement au pays, pour arracher aux ivoirien leurs terres. Ces révélations qui sonnent comme une accusation du gouvernement dans la lutte contre ce fléau, ont suscité l’indignation de plusieurs cadres du pouvoir en place.

Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire serait-il impliqué dans la lutte contre l’orpaillage clandestin ? C’est en tout cas l’hypothèse soulevée et défendue par le président du Congrès panafricain pour le Renouveau. Doumbia Major a révélé ce jeudi qu’un cadre issu des rangs du Pdci a été interpellé par la gendarmerie dans le cadre d’une enquête sur les réseaux d’orpailleurs. Le cinquantenaire qui se trouve dans les locaux de la gendarmerie subirait un interrogatoire pour en savoir davantage sur la filière dont il serait le cerveau. Lors de l’éclatement de ce scandale au mois de juin, le ministre de l’agriculture, par ailleurs porte-parole du parti unifié, a révélé au cours d’une conférence de presse que l’un des neveux d’Henri Konan Bédié serait même impliqué dans ces réseaux d’orpaillage clandestin. Et l’interpellation d’un responsable de section du Pdci relance ainsi la polémique sur la véritable position du parti de Bédié dans le cadre de la lutte contre ce fléau. Celui qui prône aujourd’hui la tolérance zéro contre les orpailleurs a appelé la justice à durcir les sanctions contre cette fraude préjudiciable à l’économie ivoirienne.

Nouveau coup de filet dans la lutte contre l’orpaillage clandestin en Côte d’Ivoire. Ce fléau qui ne date pas d’aujourd’hui s’est invité au cours de l’actualité ivoirienne depuis quelques mois, après les troublantes révélations d’Henri Konan Bédié lors d’une rencontre avec des cadres de son parti. A l’époque, le gouvernement avait rendu un communiqué pour protester contre les déclarations de Bédié. Et à en croire les informations fournies en conférence de presse par le RHDP, un membre de la famille de Bédié serait impliqué dans ces réseaux d’orpaillage clandestin : «S’agissant des activités d’orpaillage, nous affirmons que l’un des neveux directs de M. Henri Konan Bédié du nom de M. Koffi Goli, marié à une femme de nationalité Burkinabè et installé au Burkina Faso se trouve être l’un des plus grands pourvoyeurs d’orpailleurs clandestins à Daoukro. Parmi ses relais à Daoukro, nous citons M. Kouadio Martin du village de Koutoukounou, dans la sous-préfecture de Daoukro…Nous ignorons si M. Bédié a des parents parmi les personnes arrêtées, mais ce que vous devez savoir, c’est que M. Koffi Goli, son neveu, après la fermeture du site d’orpaillage, s’est rendu devant les autorités administratives, en vue de la libération des personnes interpellées et aussi de la réouverture dudit site.», indiquait Kobenan Kouassi Adjoumani, le porte-parole en chef du parti unifié. Doumbia Major va encore plus loin en émettant l’hypothèse d’une possible implication du parti de Bédié dans ces réseaux d’orpailleurs clandestins : «des partis et mouvement politiques s’organiseraient pour en faire une source de financement de leurs activités pour certains et pour se donner des moyens d’achat d’armes pour d’autres.

> Lire aussi  Liberté de la presse : des associations inquiètes pour les journalistes ivoiriens

Un cadre Pdci arrêté par les gendarmes

«Kouassi Kouame Pierre, 55 ans, Secrétaire de section du PDCI de Agni Assikasso et chef d’un réseau d’orpaillage clandestin notoire, a été arrêté par la gendarmerie.  Il est interrogé par les services de gendarmerie qui cherchent à découvrir le réseau pour le compte duquel travaille ce secrétaire de section du PDCI.  Les richesses collectives de la nation sont pillées par quelques individus qui ont mis en place toute une chaîne d’exploitation, au profit d’organisations politiques ou criminelles.  Des ex seigneurs de guerre, auraient des creuseurs qui travailleraient dans l’ouest du pays, pour le compte de leur organisation.  Nous sommes pour la tolérance zéro contre l’orpaillage clandestin.  Il faut revoir à la hausse les peines de prison contre tout individu pris dans des activités d’orpaillage clandestin», a révélé ce jeudi Doumbia Major, le président du Congrès panafricain pour le renouveau.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.