Accueil SOCIETE Affrontements à Daoukro : aucun mort selon le ministre de la sécurité

Affrontements à Daoukro : aucun mort selon le ministre de la sécurité

Bagarre généralisée à Daoukro – On en sait désormais un peu plus sur la récente bagarre qui a éclaté dans la localité située dans le centre du pays. Selon un premier bilan annoncé par le ministre de la sécurité et de la protection civile, aucune perte en vies humaines n’a été dénombrée au cours de ces heurts entre jeunes de différentes communautés à Daoukro. Pourtant, un journal ivoirien de la place a titré ce lundi en une de sa couverture que les affrontements avaient causé la mort d’une personne.

Des affrontements ont récemment éclaté entre jeunes de différentes communautés dans la ville de Daoukro, village natal de l’ancien président Henri Konan Bédié. Très rapidement, ces heurts ont donné lieu à de nombreuses spéculations sur les réseaux sociaux, certains allant jusqu’à déclarer que le pays était une nouvelle fois confronté à des affrontements communautaires, alors que le pays repanse ses plaies après les heurts qui ont secoué la ville de Béoumi il y’a quelques mois. Le communiqué du ministre de la sécurité et de la protection civil a mis un terme aux nombreuses spéculations véhiculées sur la toile, concernant cette bagarre survenue dans la localité de Daoukro, au cours d’une cérémonie de mariage. Dans son communiqué, le général Vagondo Diomandé a particulièrement insisté sur le bilan de ces nouveaux affrontements. Contrairement aux informations véhiculées dans certains journaux ce lundi, aucune perte en vies humaines n’était à déplorer dans cette bagarre entre jeunes de la localité, une bagarre qui a cependant fait quelques blessés.

Le ministre de la sécurité en Côte d’Ivoire n’a pas mis du temps à réagir aux affrontements intercommunautaires survenus il y’ a quelques jours dans la localité de Daoukro, dans le centre du pays. Plusieurs informations relayées sur les réseaux sociaux faisaient état de morts dans cette nouvelle bagarre entre différentes communautés en Côte d’Ivoire. Il aura fallu l’intervention du général Vagondo Diomandé pour mettre un terme aux fausses nouvelles véhiculées après ces heurts : «Au cours d’un mariage à Daoukro, une bagarre généralisée entre jeunes de différentes communautés a éclaté. Le bilan humain de cet incident fait état de deux blessés par arme blanche. Ces derniers ont été transférés au CHU de Bouaké. L’un d’eux ayant déjà subi son opération, le second le sera incessamment. À l’heure actuelle, aucune perte en vie humaine n’est à déplorer. La médiation des leaders communautaires et des autorités locales a permis de ramener le calme. Des mesures sont prises par les forces de l’ordre. C’est le lieu de rappeler que toute information fausse tendant à diffuser la mort d’un homme sera considérée comme une volonté d’attiser la haine entre les Ivoiriens et sera passible de poursuites judiciaires». Pourtant, ce bilan officiel annoncé par le ministre de la sécurité a été remis en cause par un journal de la place ce lundi. A la une de sa couverture, le quotidien ivoirien «Soir Info», rapportait que ces affrontements intercommunautaires avaient fait un mort, en plus des cas de blessés évoqués dans le bilan officiel établi par le ministère de la sécurité.

> Lire aussi  Orpaillage clandestin : un responsable Pdci arrêté (Doumbia Major)

«Soir Info» pris en flagrant délit de mensonge

«En dépit de mon message affirmant qu’aucune perte en vie humaine n’a été déplorée à Daoukro, j’ai été surpris de constater que le journal Soir Info barre à sa Une de ce matin « Daoukro : Violent affrontement, hier, entre populations 1 mort et de nombreux blessés ». Après des échanges entre mes services et la direction de Soir Info, le directeur de publication dudit journal a reconnu le caractère infondé de cette information et s’est engagé à faire un démenti dans les prochaines heures. C’est le lieu d’inviter les organes de presse et les médias de tous genres, ce quatrième pouvoir de la République, à plus de responsabilité, de professionnalisme et de vigilance. La période sensible que traverse notre pays s’accommode mal de légèreté pouvant attiser la haine et aggraver les tensions.», a déclaré le nouveau ministre de la sécurité, le général Vagondo Diomandé.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.