Election à la Mugefci : Zadi Gnagna interpelle les fonctionnaires

Publicités

Mutuelle des fonctionnaires – Les prochaines élections à la mutuelle générale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire s’annoncent décisives, d’autant plus que nombres de fonctionnaires appellent des changements majeurs au niveau du Conseil d’Administration. Pour Zadi Gnagna, président de la plateforme syndicale, il serait important de veiller sur le processus pour le bon déroulement des élections à venir.

Les enjeux de la prochaine élection à la Mugefci sont énormes en Côte d’Ivoire. Ils sont nombreux ces fonctionnaires ivoiriens qui aspirent à des changements au sommet de la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’Etat en Côte d’Ivoire. Mais ce changement ne saurait intervenir sans un cadre électoral propice selon le président de la plateforme syndicale Zadi Gnagna. A en croire le président de la plateforme, le Conseil d’administration qui a la charge exclusive du déroulement de ses élections, aurait déjà choisi un candidat pour succéder au PCA. Ce dernier serait d’ailleurs pressenti pour être le président du comité électoral selon les informations rendues publiques par Zadi Gnagna. Dans le cadre des élections à venir, des propositions concrètes et claires ont été formulées par le président de la plateforme syndicale, des propositions qui, si elles sont appliquées, pourraient donner une plus grande légitimité au scrutin à venir, et peut-être répondre aux attentes de ces fonctionnaires qui aspirent à des changements majeurs au sommet de la chaine de commandement.

A l’instar de centaines de fonctionnaires, Zadi Gnagna porte un œil attentif aux élections qui auront lieu à la Mugefci. C’est au nom de ce grand intérêt pour cette élection que le président de la plateforme syndicale a formulé des propositions pour garantir le bon déroulement de cette élection : «De nombreux fonctionnaires mutualistes se plaignent de la gestion actuelle de notre outil commun de solidarité et de secours mutuel, qu’est la Mugef-ci. Ils souhaitent par conséquent, un changement qualitatif à la tête de ses organes dirigeants.  Pour que l’objectif d’un changement profond et radical soit atteint, il y a plusieurs conditions à respecter. La première est de veiller sur le processus électoral pour éviter qu’il ne soit biaisé par les dirigeants actuels. En effet selon le Code électoral c’est le Conseil d’administration qui a la main mise sur les élections. C’est lui qui conduit les élections, du début à la fin tant dans le choix des responsables du Comité électoral que dans son financement. Il nous revient d’ailleurs de façon insistante que le Pca actuel envisagerait d’etre le président du comité électoral, sous prétexte qu’il n’est pas candidat à sa propre succession.  Or comme le dit Staline, le  plus important en matière d’élections ce n’est pas que celui qui vote, mais bien plus, celui qui compte les votes et qui proclame les résultats. Cependant, nous observons tous que le Conseil d’administration a déjà choisi un candidat et est en campagne sur l’ensemble du territoire envers et contre toutes les règles, normes et valeurs de bienséance et de décence. Lors de ces tournées les adversaires potentiels sont  insultés, vilipendés, traités comme des pestiférés et accusés d’être responsables de tous les maux qui minent la Mugef-ci.  Pire le Conseil d’administration a déjà lors de l’Assemblée générale de décembre 2020, commencé la manipulation du processus électoral par le changement des règles du jeu.», a déclaré Zadi Gnagna.

Mettre fin au convoyage électoral

«La deuxième chose à faire est de se mobiliser pour combattre le convoyage des électeurs d’une région électorale à une autre comme ce fut le cas lors de l’élection précédente. Nous avons vu des gens voter le matin à Dabou, Divo, Adzopé, Aboisso, Agboville et se retrouver comme par enchantement, dans l’après-midi à Abidjan pour voter. Cela a été possible simplement parce que la liste électorale était la même partout.  Pour ces élections de 2021, les listes électorales doivent impérativement être confectionnées par Sous-préfecture, Préfecture et Chef-lieu de Région. Les fonctionnaires doivent être inscrits exclusivement sur les listes  électorales de leurs lieux d’exercice.», a déclaré Zadi Gnagna.

Commentaire

0 Commentaire

Vous pouvez aussi aimer

Publicités