Racisme au football : le malien Moussa Marega victime de cris racistes

Championnat du Portugal – Si la série A italienne est régulièrement indexée pour le racisme en plein match de football, il n y’ a pas qu’en Italie que les joueurs de couleur noire sont victimes de cris racistes. L’international malien Moussa Marega a été récemment visé par des cris de singe en pleine rencontre avec son club le FC Porto. Le footballeur malien, complètement dépassé par l’attitude de supporters en tribune, a préféré quitter le terrain, malgré l’insistance de ses coéquipiers qui souhaitaient le voir terminer la rencontre de football. Les messages de soutien à l’international malien se multiplient.

Le footballeur malien Moussa Marega se retrouve désormais sur la longue liste des footballeurs victimes de racisme au football. Dimanche, lors d’un déplacement de son club le FC Porto à Guimaraes, l’attaquant malien a été visé par des cris et insultes racistes sur le terrain. Vexé par l’attitude des ultras en tribune, l’international malien a préféré quitter le terrain, malgré un avertissement dont il a écopé de la part de l’arbitre de la rencontre. Les messages de soutiens au footballeur évoluant au FC Porto se multiplient sur les réseaux sociaux. Outre la fédération malienne de football qui a apporté son soutien à son attaquant, une association a décidé de saisir l’UEFA contre le racisme au football, d’autant plus que les insultes sont de plus en plus récurrentes. Sur les antennes de RMC, le footballeur a souhaité des gestes forts à l’endroit des supporters qui s’adonnent à ces insultes en plein match de foot.

La liste des footballeurs victimes de racisme dans le football vient une nouvelle fois de s’allonger. Evoluant avec le FC Porto dans le championnat portugais, l’international malien Moussa Marega, âgé de 28 ans, a été la cible d’insultes racistes pendant un match de foot à Guimaraes, lors d’un déplacement de son club. La réaction du joueur ne s’est pas fait attendre. Sans autre forme de procès, l’international malien a quitté le terrain, sans l’autorisation de l’arbitre, départ qui lui vaudra un carton jaune. Contacté par RMC, l’attaquant du FC Porto est revenu sur cette terrible journée qu’il a vecue dimanche lors du déplacement de son équipe à Guimaraes : «Ça a commencé à l’échauffement, c’était juste deux à trois personnes, ça doit arriver à tout le monde, on s’en fout, on peut continuer à jouer. Mais quand ça vient de presque tout le stade, il n’est pas possible de continuer à jouer alors qu’on se moque de notre couleur de peau […] C’est triste que ça arrive en 2020…Là ça va mieux mais hier, c’était beaucoup plus difficile, je me suis vraiment senti comme une merde. C’était une grosse humiliation pour moi. Une fois le match passé, je suis rentré chez moi. Revoir mon fils m’a donné le sourire, comme tous les messages de soutien que j’ai reçus.», a fait savoir Moussa Marega. Face à la récurrence du racisme dans le football, une association a décidé de saisir l’UEFA : «Il nous semble désormais plus qu’urgent que les instances internationales, l’UEFA et la FIFA, prennent la mesure de la gravité de ces faits et mettent en place une politique unique de gestion des actes racistes, antisémites, homophobes, etc. comme elles savent si bien le faire lorsqu’il s’agit de réguler les transferts, les droits télé, le fair-play financier ou encore les règles sportives», explique l’association SOS Racisme et Sportitude-France.

> Lire aussi  Rachat de Bordeaux : Bruno Feviet détaille son offre

La fédération malienne soutient Marega

«Le Comité exécutif de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) a suivi avec consternation et indignation les actes racistes dont a fait l’objet l’attaquant des Aigles du Mali, Moussa Marega, lors de la rencontre de la 21ème journée opposant Vitoria Guimaraes au FC Porto.  Le Comité exécutif de la FEMAFOOT condamne avec la dernière énergie ces actes ignobles qui n’honorent pas le football. Ces abus n’ont pas leur place dans nos stades qui doivent demeurer des lieux de communion, de joie et de respect.», rapporte la Femafoot dans son communiqué.

Vous pouvez aussi aimer