Vente OM : la tension monte entre Eyraud, Boudjellal et Basile Boli

payet depart marseille

Rachat de l’OM – Mourad Boudjellal alimente depuis plusieurs jours l’actualité du club phocéen suite à une offre de rachat de l’Olympique de Marseille. Officiellement le propriétaire américain du club phocéen ne s’est pas encore prononcé sur le sujet. Mais le président de l’OM a vite fait de doucher les espoirs de l’ancien patron du club de Toulon. Pour Eyraud, l’Olympique Marseillais n’est pas à vendre, une réponse qui ne fait pas pour autant renoncer Mourad pour qui seul le verdict du propriétaire du club compte dans cette affaire.

La vente de l’OM alimente depuis quelques temps l’actualité sportive française. Mourad Boudjellal, ancien président du club de Toulon (Rugby), aurait évoqué la possibilité d’un rachat à hauteur de 700 millions d’euros. Plusieurs investisseurs seraient tentés par le projet de rachat de l’Olympique Marseillais selon l’ancien président de Toulon. Mais cette offre de rachat passe mal du côté phocéen. Si pour l’heure, les joueurs et l’entraineur évitent tout commentaire sur ce sujet, ce n’est pas le cas de certains membre du staff, notamment l’ancienne gloire française Basile Boli. Ambassadeur de l’OM, l’ancien vainqueur de la Ligue des champions n’a pas manqué de dénoncer un manque de respect de l’homme au devant de la scène, Mourad Boudjellal. Pour le président de l’OM, ce sujet n’a pas lieu d’être puisque le club n’est pas à vendre.

«L’Olympique de Marseille n’est pas à vendre… Je remercie les gens qui portent un intérêt financier pour l’OM, mais nous ne sommes pas intéressés par la session», a Eyraud, le président de l’Olympique de Marseille. Mais cette réponse du président de l’Om ne met pas pour autant fin au débat sur le rachat du club, du moins selon Mourad Boudjellal. Interrogé par le phocéen, l’homme d’affaires et ex-président de Toulon a indiqué que seule la réponse finale du propriétaire américain du club importait : «Pour le moment, il y a juste ce projet de faire une offre pour racheter l’OM, tout ce qui se dit autour est du pur fantasme. Pour l’instant on en est à cette étape-là. Ça serait manquer de respect que de parler des étapes suivantes. on souhaite entrer aujourd’hui en relation avec Frank McCourt, via notre banque d’affaires, pour discuter de l’opportunité de racheter l’OM, parce qu’il dit que le club n’est pas à vendre. Si demain je voulais vendre quelque chose, la première chose que je dirais c’est que ce n’est pas à vendre. Est-ce une stratégie ou est-ce que c’est vraiment que le club n’est pas à vendre ? M.Eyraud peut dire ce qu’il veut, je respecte son travail, mais si demain Frank McCourt veut vendre, il vendra. Je suis moi même dans la même situation, si les investisseurs ne veulent plus acheter, ils n’accepteront pas, s’ils veulent acheter plus cher, ils achèteront plus cher. Je reste à ma place… Ce n’est pas leur intention première, mais l’appétit vient en mangeant. Aujourd’hui, leur intention, c’est d’abord de racheter l’OM. De lui redonner une identité très forte et recréer une dynamique dans ce club. Même si, quand vous êtes qualifiés pour la Coupe d’Europe, tout n’est pas à jeter. Ils n’ont pas profité du Covid, car je pense qu’ils se seraient quand même qualifiés pour l’Europe, contrairement à d’autres qui pensent que ça n’aurait pas été le cas, mais ils se trompent.», a confié Mourad Boudjellal.

Réaction à chaud de Basile Boli

«Mr Boudjellal. Je viens de lire et écouter vos déclarations concernant l’OM. Je voulais juste vous dire de respecter ce club et cette ville. De Benbarek, Zatelli, Skoblar, Papin, Di Meco, Deschamps, Mandanda et Pape, nous avons une histoire. Vous pouvez boucher le port de Marseille avec le fric des autres mais au moins, sportivement, respecter ces personnes qui ont vécu et qui vivent au son et à l’air de ce club », a déclaré pour sa part Basile Boli, ambassadeur de l’Olympique de Marseille.

Vous pouvez aussi aimer