OM – OL : Junhino proteste contre l’arbitrage

Ligue 1 – le classico de la 27e journée de la Ligue 1 s’est achevée sur une triste note pour l’Olympique de Marseille comme pour l’OL. Le pénalty accordé aux marseillais durant le match fut l’un des tournants majeurs de cette opposition entre les deux clubs de foot. Comme il fallait s’y attendre du côté lyonnais on digère difficilement cette décision arbitrale.

L’Olympique de Marseille et le club de Lyon se sont séparés sur une triste note lors de la 27e journée du championnat français. Alors qu’ils menaient au score au stade du Velodrome, les hommes de Rudy Garcia ont été rejoints au score dans la rencontre grâce à un pénalty accordé aux marseillais. Le match s’achèvera sur un nul qui ne fait pas les affaires de l’Olympique de Lyon, puisque le Psg occupe désormais la seconde place du classement en ligue 1, surveillant de près le leader Lillois. Une victoire aurait permis aux lyonnais de conserver la seconde place du classement, mais le pénalty sifflé sur Paqueta en faveur des marseillais a complètement changé dans la donne dans cette rencontre. En conférence de presse, le directeur sportif de l’OL a vivement dénoncé le pénalty accordé à l’OM durant cette 27e journée de la Ligue 1. Quant au chroniqueur sportif Pierre Ménès, il s’est contenté de dénoncer la grande incompréhension qui entoure certaines décisions arbitrales dans le championnat français.

L’OL a raté une occasion en or le week-end dernier en championnat après le nul face à l’Olympique de Marseille. Comme il fallait s’y attendre, l’égalisation marseillaise sur une décision de pénalty est très mal vécue du coté lyonnais. le directeur sportif de l’OL, le brésilien Junhino, l’a clairement fait savoir après le classico de la 27e journée : «Quand que j’ai démarré ma nouvelle vie de directeur sportif, je me disais à moi-même qu’il ne fallait pas faire dès fois, comme je pouvais le faire quand j’étais joueur, c’était de parler de l’arbitre. Contre Nîmes déjà, un penalty pour nous n’avait pas été sifflé et on fait match nul. Contre Marseille au match aller, il y a un but de Houssem Aouar qui est refusé. Contre Metz, le but de Karl Toko Ekambi a aussi été refusé. Là, ça touche la main de Paqueta mais ça touche le ventre avant, ça veut dire que tu ne peux pas donner un carton jaune, alors qu’il y beaucoup de doutes. Et après, il y a la main de Nagatomo aussi. C’est l’arbitre qui décide de la rencontre. On a vu qu’il avait beaucoup souri, je pense qu’il s’est un peu amusé. Sinon Marseille a fait un bon match, ça a été dur, après les 30 premières minutes, on a baissé de rythme, on a laissé Marseille récupérer au milieu de terrain. Après l’expulsion de Paqueta, ça a été dur, mais les joueurs ont fait de nombreux efforts, on part avec un point. Mais surtout, cela fait plusieurs fois que cela rate beaucoup contre nous (…) Le championnat est très serré, c’est bien pour la Ligue 1. On laisse deux points, mais on sent que l’arbitrage a quelque chose contre nous, toujours. Je ne sais pas expliquer, mais là on est déçu à cause de l’arbitrage surtout», a déclaré l’ancien joueur brésilien après la rencontre.

Des décisions incomprises

«En fait, on se rend compte que les arbitres sont prisonniers d’un règlement inepte et qui change en permanence, ce qui rend leurs décisions complètement illisibles. Et le plus énervant c’est que Paqueta, qui prend le ballon dans le ventre avant qu’il ne touche son bras, récolte un jaune là-dessus. Encore le règlement… Après le repos, le Brésilien a pris un second jaune – qui aurait pu faire rouge direct – pour une semelle sur la malléole de Payet au coeur d’une seconde période où l’OL semblait à cours d’idée et où l’OM a timidement tenté de mettre la pression.», a déclaré Pierre Ménès.

Commentaire

0 Commentaire

Vous pouvez aussi aimer