Match Lyon Leipzig : incident entre Marcelo et les supporters lyonnais

Ligue des champions – L’Olympique de Lyon a assuré l’essentiel en C1 en validant son ticket pour les huitièmes de la compétition de football. Mais cette qualification qui aurait dû être synonyme de rapprochement entre les joueurs et le public lyonnais, n’a pas été célébré dans une communion parfaite. Après le match, des tensions ont éclatés entre des ultras de l’OL et le brésilien Marcelo, critiqué pour ses performances moyennes avec le club lyonnais.

Le match de ligue des champions opposant Lyon au club allemand de Leipzig a pris une tournure plutôt inattendue en début de rencontre. Alors qu’ils jouaient pour une place en huitième de finale de la ligue des champions, les lyonnais ont concédé deux buts en première période sur pénalty, devant leur propre public. Mais en seconde période, l’OL changera complètement la physionomie de la rencontre, revenant à égalité avant la fin du temps règlementaire, grâce à deux buts inscrits par Depay et le milieu de terrain Houssem Aouar. Pourtant, cette qualification pour le prochain tour de la C1 n’a pas été célébré dans la grande communion tant souhaitée par les joueurs après cet objectif atteint. Au centre de plusieurs incidents avec les supporters, le brésilien Marcelo à une nouvelle fois été pris à partie par des ultras du club après la fin du match contre Leipzig. Des banderoles l’invitant à dégager du club ont suscité l’indignation de certains joueurs, à commencer par le capitaine de l’Ol. Au micro de RMC, le néerlandais a dénoncé l’attitude des supporters face à Marcelo le brésilien.

Le match Lyon Leipzig en ligue des champions à démarré du mauvais pied pour les lyonnais. En l’espace de 45 minutes, les hommes de Rudy Garcia ont concédé deux buts dans cette rencontre. Il fallait absolument réagir en seconde période pour espérer se qualifier en huitième de finale de la ligue des champions. Grâce Houssem Aouar et Memphis Depay, l’Olympique de Lyon reviendra à égalité. Mais la qualification en huitième n’empêchera pas les supporters lyonnais de s’en prendre une nouvelle fois à Marcelo. Contesté depuis l’année dernière, le footballeur brésilien a été pris à partie par des ultras du club qui lui ont clairement signifier leur volonté de le voir partir, une situation que le capitaine lyonnais de la soirée n’a pas du tout apprécié. Au micro de RMC Sport, le footballeur néerlandais a dénoncé l’attitude de ces ultras du Psg : « Regardez moi : que voyez-vous ? Je suis en colère, je suis énervé, je ne sais pas quoi dire. Je ne sais pas quoi dire… Nous n’avons pas fait notre meilleur match, mais nous sommes qualifiés. Nous sommes allés sur le terrain, nous avons joué avec notre coeur et nous sommes qualifiés…C’est difficile pour notre équipe de jouer alors qu’un de nos joueurs à des problèmes avec certains supporters. Il faudrait quoi ? Qu’on aille les remercier alors qu’ils disent des choses folles sur nos familles, nos enfants ? Il faut que je fasse attention, il faut que je reste calme. Cela n’a aucun sens de jouer dans un stade plein si après un bon résultat, on ne peut pas remercier le public. On veut faire corps avec nos fans mais eux ne veulent pas faire corps avec nous… Les dirigeants vont devoir prendre des responsabilités, a encore déclaré Depay. Tu te qualifies en huitièmes et tu quittes le terrain dans ces conditions ? Il y a quelque chose qui ne va pas».

Le soutien de Martin Terrier

«On est triste pour lui forcément. C’est vraiment un garçon exemplaire, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Les supporters jugent ses performances, ça c’est leur problème. Mais nous on sera toujours derrière un joueur de l’équipe. Après un match comme ça, on doit tous être contents de se qualifier. Il devrait y avoir comme un genre de fête et ça ne s’est pas passé ce soir donc on est déçu», a confié le footballeur lyonnais après la rencontre face à Leipzig.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.