Coronavirus : Rudi Garcia prépare ses joueurs aux huis clos

Ligue de football professionnel – Selon une décision de la LFP, les matches de la ligue 1 et de la ligue 2 se joueront désormais à huis clos, en raison des risques de propagation du Coronavirus. Comme on peut s’y attendre, cette décision change radicalement l’ambiance dans les stades, une nouvelle ambiance à laquelle Rudi Garcia semble vouloir préparer ses hommes.

En raison du Coronavirus, tous les matches de ligue 1 et Ligue 2 se joueront désormais à huis clos, et ce jusqu’au 15 avril prochain. La décision reste évidemment difficile pour les supporters habitués à soutenir leur équipe pendant les rencontres de football. Elle est également difficile à vivre pour les clubs d’autant plus que les formations de foot devront désormais se contenter du silence en lieu et place des cris d’encouragement pendant les matches, sans compter les conséquences financières que cette situation pourrait avoir. Pour Rudi Garcia, le plus important est de préparer ses hommes à s’adapter à la nouvelle ambiance qui prévaudra dans les stades, d’autant plus que cette mesure des matches de Ligue 1 et L2 à huis clos restera en vigueur pour une durée d’un mois. Rappelons que les hommes de Garcia iront affronter la semaine prochaine le club de la Juventus de Turin dans le cadre des retours des huitièmes de finale de la ligue des champions. Au regard de la situation alarmante en Italie sur le Coronavirus, il y’a de grandes chances que cette rencontre soit délocalisée, puisque les compétitions sportives ont été suspendues en Italie. Dans le cas échéant, les lyonnais pourraient se voir offrir un ticket pour les quarts, suite à un forfait sur terrain vert pour les turinois.

En France, la décision de la LFP d’interdire les stades aux supporters, en raison du Coronavirus, alimente encore les débats : «La LFP s’est prononcée ce jour sur la tenue des matchs de Ligue 1 Conforama et Domino’s Ligue 2 à huis clos total jusqu’au 15 avril 2020. Cette décision intervient en stricte application de l’arrêté ministériel paru le 10 mars 2020. Les modalités de ces matchs à huis clos seront définies demain lors du Bureau du Conseil d’Administration de la LFP.», rapportait la ligue de football professionnelle dans un communiqué rendu dans la journée du mardi. Les footballeurs français et les entraineurs devront par conséquent s’habituer au silence des stades pendant un mois, une situation difficile que Rudi Garcia accepte difficilement : «Le football n’est pas fait pour être à huis clos. C’est un spectacle, donc il faut des spectateurs. Si c’est que pour quelques matches, ça me parait logique et normal et on espère que ça ne s’éternisera pas. Ce n’est pas une répétition, mais une générale et un match qu’on doit gagner. J’ai déjà eu cette expérience à Marseille contre Francfort, c’est particulier…On fera un entraînement dans les mêmes conditions au Groupama pour que les joueurs se rendent compte. On entend tout, ce qui dit les joueurs, les consignes du coach. C’est important de se rendre compte des particularités d’un match comme ça. La répétition au Groupama. On a l’impression que c’est un match amical alors que c’est de la compétition. S’y préparer un minimum c’est important», a fait savoir l’entraineur de l’Olympique de Lyon.

> Lire aussi  Equipe de France : Robert Pires évoque son souvenir

Nouvel environnement sportif

«C’est plus au niveau de l’environnement que c’est différent. On va vite s’en apercevoir. Au niveau du son, mais peut-être en visuel aussi. Il va falloir se mettre en condition compétition…Ça peut-être un avantage mais ça dépend de l’état d’esprit des deux équipes. Si c’était mathématique ce serait simple, on n’aurait même pas besoin de jouer les matches. C’est une autre approche», rapporte le manager de l’Olympique lyonnais. La semaine prochaine, les hommes de Garcia devraient affronter la Juventus de Turin pour une place en quart de finale de la ligue des champions, une rencontre qui ne devrait à priori pas avoir lieu en Italie, en raison des menaces liées au Coronavirus.

Vous pouvez aussi aimer