Décès de Pape Diouf : Aulas et Fournier lui rendent hommage

Disparition de Pape Diouf – Ancien président de l’OM, l’ex-journaliste sportif faisait partie des personnalités du monde du football touchées par le Covid-19. Malheureusement, l’épidémie qui a déjà fait plus de 40 000 morts à l’échelle mondiale a également emporté l’ancien président de l’Olympique de Marseille, le 31 mars dernier. L’univers du football se mobilise pour lui rendre un vibrant hommage. Jean-Michel Aulas et Julien Fournier n’ont pas manqué d’honorer la mémoire de Pape Diouf.

Le décès de Pape Diouf suite au Covid-19 est une véritable tristesse pour l’univers du football, plus particulièrement pour la ligue 1. L’ancien président de l’Olympique de Marseille est décédé dans la journée du mardi 31 mars, après une aggravation de son état de santé. Pape Diouf figurait sur la liste des nombreuses personnalités au monde contrôlées positives au nouveau coronavirus. Les dernières informations concernant son état de santé indiquaient qu’il avait été placé sous un respirateur, une nouvelle qui a inquiété plus d’un. Dans les heures qui ont suivi, le décès de l’ancien président de l’Olympique marseillais a été annoncé au grand public, une disparition qui a fait réagir de nombreuses icones du football. Didier Deschamps, ancien joueur de l’OM, aujourd’hui aux commandes de l’équipe de France, a salué la mémoire de l’ancien président du club phocéen. En dépit d’une certaine rivalité qui les opposait il y’a quelques années, Jean-Michel Aulas a mis l’accent dans son hommage sur les merveilleux moments qu’il aura passé en compagnie de l’ancien président de l’Olympique marseillais. Directeur du football à Nice, Julien Fournier reconnait lui l’importance de Pape Diouf dans son incroyable parcours dans l’univers du football.

Le décès de Pape Diouf du Covid-19 le mardi dernier a plongé l’univers du football dans une profonde tristesse. Président de l’OM pendant quelques années, l’ancien journaliste sportif était atteint du nouveau coronavirus, comme certaines personnalités bien connues dans l’Hexagone et sur la scène internationale. Son décès de cette épidémie a naturellement fait réagir les plus grandes icones du football français. Jean-Michel Aulas, l’indéboulonnable président de l’Olympique Lyonnais, a rendu un émouvant hommage à l’ancien dirigeant du club phocéen : «C’était un homme cultivé, qui avait le verbe haut et positif. Les relations ont été passionnelles mais toujours empruntes d’un respect énorme…Il était respectable et respecté. Il démontrait une connaissance parfaite du football, de l’intérieur. Par la suite, la relation avec l’OM était respectueuse de part et d’autre, cela a créé des relations de confiance comme j’en ai rarement eues avec d’autres présidents. Il avait la faculté de dépasser l’instant présent pour être un grand défenseur de l’OM, de ses joueurs et du football…On était parfaitement en phase. Je l’appréciais. Il a préparé l’OM pour l’avènement futur. On avait beaucoup de points de rencontre. La première rencontre, c’était au G14 : il représentait l’OM, nous étions tous les deux, on avait appris à se connaitre. Sa disparition me fait beaucoup de peine, c’était vraiment un homme bien…C’est assurément l’une des relations les plus importantes que j’ai eues dans le football. Un homme de talent, de convictions. En étant l’un des adversaires de l’OL avec l’OM, c’est pour moi un grand hommage qu’il ait reconnu que nous avions des relations qui dépassaient le foot». Julien Fournier, qui a longtemps côtoyé Pape Diouf, a rendu un émouvant hommage à l’ancien président de l’Olympique Lyonnais.

Un guide pour Fournier

«Les compétences qu’on peut me reconnaître, je les lui dois. Il est bon dans tellement de domaines. Il avait cette faculté de prendre les bonnes décisions au bon moment…Pape me guide. J’ai beaucoup appris à ses côtés, notamment dans la manière de fonctionner avec un entraîneur, lequel choisir, le moment idoine pour s’en séparer ou continuer… Même dans cette période de merde avec le Covid, Pape arrive encore à rassembler. C’est rare de voir autant de sincérité. Il est au-dessus de tout. Le témoignage d’Aulas, alors qu’on s’est fait la guerre comme pas possible, notamment sur le transfert de Ben Arfa, ça veut tout dire», explique Julien Fournier.

Vous pouvez aussi aimer