in

Nouakchott : Bienvenue dans l’oasis du Sahara

Nouakchott est la capitale de République de Mauritanie située au nord du Mali et du Sénégal et au sud du Maroc et de l’Algérie.

Avec une population de 958.401 habitants, Nouakchott abrite au moins 27% de la démographie nationale. Village de peuples nomades, elle a longtemps constituée une zone de campement jusqu’aux premières pénétrations coloniales. Cependant elle n’a pas été la première capitale du pays dès les premiers tracés.

Ce fut d’abord Saint-Louis qui se retrouve aujourd’hui dans le Sénégal par la force des nouveaux tracés.
Nouakchott qui signifierait, parmi tant d’autres traductions, « lieu où apparait l’eau quand on creuse un puits » ou « l’endroit au pâturage salé », est une ville située à l’ouest de la Mauritanie, sur les bords de l’Océan Atlantique. Que sait-on de la ville actuelle ? Quelles sont ces caractéristiques ? Répondons maintenant à ces préoccupations.

Histoire de la construction de Nouakchott

Nouakchott viendrait de la retranscription arabe de Noiakchott qui aurait plusieurs significations :
« Lieu ou apparait l’eau quand on creuse un puits »
« Terrain où les coquillages abondent
« L’endroit au pâturage salé »
« Là où souffle le vent »
« La sans-oreille »
Nouakchott était à l’origine un camp militaire français, construit de toutes pièces à un emplacement où les Mauritaniens n’avaient pas l’habitude de séjourner, étant essentiellement nomades. La date officielle de sa construction est 1950. La première pierre pour la construction de cette capitale aurait, en revanche, été posée en 1958 par Amadou Diadié Bâ, ministre mauritanien des ponts et chaussées. Ce jour- là il prononça un important discours devant le Président mauritanien Mokhtar Ould Daddah et le Chef d’Etat français Charles De Gaulle. A cette époque il n’y avait que 500 habitants dans la ville. Bientôt le petit fort français devient une ville sous l’impulsion de l’architecte français chargé de construire la ville, André Leconte. Devenu un oasis de bonheur la population de la ville a vite augmenté, passant à 8000 habitants en 1960 et 800.000 en 1980. La ville s’agrandit dès lors avec des habitats informels pour la plus part. Seul le quartier européen construit par André Leconte a encore les plus importantes structures.

Géographie de la ville

La ville de Nouakchott est à l’image de l’ensemble du pays, mais avec certaines particularités. La ville se développe aux frontières de deux espaces brûlants, entre l’intérieur désertique et la côte tempérée pas moins sablonneuse. En effet nous avons l’Océan atlantique à l’ouest et le Sahara à l’est. A l’ouest nous avons un cordon littoral appelé Aftout Es Saheli et une sebkha de quelques kilomètres de large qui part du littoral au sud vers le fleuve Sénégal. De l’autre côté, à l’est, se trouve un ensemble de dunes qui rappellent la proximité de le Harmattan. La ville est constamment balayée par les vents de sable et le harmattan qui la noie. Le climat de Nouakchott est très rude avec une température pouvant aller jusqu’à 50°C durant la journée et peut chuter jusqu’à 14°C dans la nuit. Il y pleut rarement et les précipitations ne dépassent pas 159 mm par an. En outre la ville connait une humidité relative dont la plus basse est de 31% en janvier et la plus haute de 72% en août.

Ses activités économiques majeures

L’économie de la capitale Nouakchott n’est pas plus reluisante que celle de l’ensemble du pays. La principale industrie est celle du ciment dominée par la cimenterie Mafci du groupe italien Italcementi. Hormis cette activité industrielle l’on note un transport quelque peu dynamique avec l’aéroport international de Nouakchott situé à quelques trente kilomètres du centre-ville. Il est desservi par des compagnies comme Air France, Turkish Airlines, Tunisair, Royal Air Maroc et Air Algérie. Dans la ville l’on note la présence de taxis, de taxi-brousses et de minibus qui roulent cependant sur une voirie globalement impraticable. Enfin il y a aussi à Nouakchott un Port Autonome géré en grande partie par l’entreprise française Bolloré Africa Logistics.

Culture et loisirs de la capitale

L’Arabe est la langue la plus parlée de Nouakchott, précisément l’Arabe local appelé Arabe-Hassimiliya. Le Français fait figure de 2nde langue officielle avec de plus en plus de locuteurs. Au moins 50% des habitants de Nouakchott de 15 ans et plus savent lire et écrire et parler le Français. Outre ces langues nous avons des dialectes locaux que sont le Wolof, le Soninké ou le Peul. Au niveau religieux, il existe plusieurs mosquées dans la ville étant donné que l’Arabe est pratiquée par 99% de la population mauritanienne. Il existe une petite communauté catholique qui possède un évêché dans la commune de Tevragh Zeina où vivent la plus part des Mauritaniens aisés et des Occidentaux. Concernant le sport on y trouve deux stades de football que sont le Stade Olympique et le Stade de la Capitale. Il existe un championnat mauritanien de football animé par des clubs comme l’ASC Mauritel, l’ASC Armée ou encore l’ASC Entente FC.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Minks : Grande préparation artistique avec Locko

Cameroun : Le pays serait-il au bord de la sécession ?