Abidjan

La Côte d’ivoire rend Hommage à François Konian

radio jam en deuil

Mécène de la culture ivoirienne, détecteur et producteur de talant, François Konian le père de l’ancienne animatrice et présentatrice télé Léonie Konan aurai succombé des suites d’un malaise il y’a de cela un mois dans clinique de la ville d’Abidjan.

Ses obsèques ont débutés ce jeudi 14 juillet au palais de la culture de Treichville ou les adeptes de la culture et du showbiz ivoirien et africain dans leur grande diversité se sont mobilisés pour rendre à l’artiste « Papa François Konian » comme on l’appelait affectueusement un chaleureux hommage.
Pionnier de la musique ivoirienne, François konian à soufflé un vent de renaissance sur l’univers du showbiz ivoirien.
Il à révéler et produit de nombreux artistes qui font aujourd’hui partie de la crème musicale ivoirienne notamment le groupe Woya, Bébé Manga, Ernesto Djédjé, Nayanka belle, Amedé Pierre, David Tayauraut, Manou Gallo, feu Marcelin Yace pour ne citer que cela.
Le groupe Woya s’est réuni sur scène pour cet ultime hommage à « Le Boss » comme ils aimaient l’appeler et à plonger le public dans les vieux jours du groupe. Ils n’ont pas été seule, ils ont étés accompagnés par d’autres artistes notamment Josey qui est aujourd’hui une des perles de la musique ivoirienne.
Au début des années 1980, Feu François Konian à monter son propre studio d’enregistrement surnommé « le Bronx » qui à reçu et accompagné de nombreux artistes africain.
En 2014, il est décoré pour ses 40 années de valeureux services rendu à la nation ivoirienne.
Il est l’une des premières personnes à se lancer dans le domaine de la radio privé, il est le fondateur de la radio « JAM Fm » qui est aujourd’hui l’une des radios les plus suivis par les auditeurs ivoiriens.
Effondré par cette mort brusque, ce sont des milliers d’adeptes de la culture homme et femme d’un bout à l’autre du continent africain qui pleurent cet homme de culture exceptionnel qui a su transmettre sa vision, sa passion, cet homme qui a cru au potentiel de la jeunesse africaine et a œuvré à la portée au sommet de son art.
Le baobab est tombé certes, mais il reste dans nos cœurs et l’impact de ses œuvres restera à jamais gravé dans le patrimoine culturel africain en générale et celui de la côte d’ivoire en particulier.
Le ministère de la culture et de la francophonie ivoirien à annoncer par la voix de M. Maurice Bandama le financement d’un livre pour faire connaitre les œuvres de François Konian.
Ce que « Papa Konian » voudrait, c’est de voir que ses œuvres soient pérennisés, que les fruits de ses œuvres produisent des fruits qui porterons à leur tour des fruits et qu’ainsi de suite cette formidable chaine de valeur continue de croitre.

2,916 total views, 20 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut