ACTUALITE

Eliminatoires CAN 2017 : Les ivoiriens jouent leur destin en septembre

Plusieurs matchs éliminatoires comptants pour la CAN 2017 ont été disputés le lundi 29 mars 2016. A l’issue de cette quatrième journée, les ivoiriens, tenants du titre n’ont pas pu valider leur ticket pour la prochaine coupe d’Afrique des Nations. Les éléphants de Côte d’Ivoire ont fait match nul contre le Soudan alors qu’ils avaient été les premiers à ouvrir le score. La qualification n’est pas encore acquise pour le pays vainqueur de la 30ème édition de la compétition africaine de football.

La qualification des champions en titre reportée

Les éliminatoires pour la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) qui se déroulera au Gabon en 2017 , ne sourient pas du tout aux éléphants de Côte d’Ivoire. Le vainqueur de la précédente édition était opposé au Soudan dans une double confrontation qui s’est tenue à Abidjan le 25 mars et à Khartoum le 29 mars 2016. Sortis victorieux du premier match au stade Felix Houphouët Boigny, les champions d’Afrique 2015 se sont contentés d’un match nul lors du déplacement chez les soudanais. Ce score décevant fait la une de l’actualité sportive en Côte d’Ivoire. Sur les six points possibles, la sélection ivoirienne en a obtenu quatre. Même si les joueurs sont à féliciter pour ce parcours sans défaite depuis le début de l’éliminatoire, ils n’ont pas encore obtenus leur ticket pour s’envoler au Gabon l’année prochaine. Leader du groupe I avec 5 points, les pachydermes sont au coude-à-coude avec l’équipe soudanaise qui les talonne avec 4 points.

Les éliminatoires gardent leur suspens jusqu’en septembre

Comme pour la qualification à la CAN 2015, la Côte d’Ivoire devra lutter jusqu’aux dernières rencontres avant d’obtenir son billet pour le Gabon. Le vendredi 2 septembre 2016, les éléphants recevront l’équipe de Sierra-Léone à Abidjan pour un match décisif. Leur futur adversaire est pour l’instant dernier du groupe avec seulement 1 point et 1 match en moins. A en juger par les statistiques, on pourrait affirmer sans équivoque que la victoire sera acquise. Mais le football n’étant pas une science exacte, tous les scénarios sont possibles. La sélection conduite par Michel Dussuyer devra attendre encore six mois avant de connaître son sort. Mais la seule certitude qui demeure est celle d’une victoire obligatoire pour être parmi les 16 prétendants au 31ème titre continental de football en Afrique. Rappelons qu’en dehors du Maroc hauteur d’un parcours sans faute (12 points sur les 4 matchs disputés), aucun pays n’est encore directement qualifié.

Les qualificatifs de la CAN avec une équipe ivoirienne diminuée

La sélection nationale n’a pas encore retrouvé le haut niveau qui la caractérisait l’an dernier. L’entraîneur Michel Dussuyer doit composer avec de nombreuses absences, un choix qui pèse énormément sur les performances des éléphants. Yaya Touré, le capitaine emblématique de l’équipe nationale, était absent lors des deux matchs qui ont opposé la Côte d’Ivoire au Soudan. A quelques jours des deux confrontations, le milieu de terrain évoluant à Manchester City s’est blessé pendant le derby qui opposait son équipe à son grand rival Manchester United. A cela s’ajoute le cas Max Gradel qui revient de blessure après une longue absence. C’est d’ailleurs lui qui avait montré le chemin des filets à ses coéquipiers à Khartoum, mais ces derniers ne l’ont pas suivi dans son élan. Le dernier coup dur pour les pachydermes, c’est la défection de l’attaquant Doumbia Seydou après la rencontre à Abidjan le 25 mars dernier.

En 2017, les éléphants peuvent-ils rééditer l’exploit précédent ?

Le parcours exceptionnel du groupe conduit il y’a deux ans de cela par Hervé Renard, a démenti toutes les statistiques. Après une difficile qualification à la Coupe d’Afrique des Nations, les consultants sportifs étaient moins optimistes à propos de la consécration de la Côte d’Ivoire à l’issue de la CAN. Contre toute attente, les éléphants ont créé la surprise au moment où on les attendaient le moins. Pour l’édition 2017, le même scénario se profile petit-à-petit, à l’image de la difficile phase éliminatoire que vivent les ivoiriens. Il n’y a plus qu’à espérer que cette difficulté ouvre la voix au succès, comme ce fut le cas en 2015.

95,312 total views, 37 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut