ACTUALITE

Phénomène des microbes à Abidjan : Marcory se fait justice

Les habitants de la commune battent à mort deux de ces adolescents communément appelés « microbes »

Parler d’insécurité en Côte d’Ivoire revient de nos jours à évoquer le phénomène des microbes à Abidjan. Depuis quelques années, ces jeunes groupes d’adolescents sèment la terreur dans de nombreuses communes de la capitale économique. L’opération « épervier » mise en place par le ministère de l’intérieur pour mettre un terme à ce phénomène peine à éradiquer ce fléau, malgré des résultats très encourageants. Désemparées, les populations se font justice elles-mêmes, comme ce fut le cas le dimanche 22 mai 2016 dans la commune de Marcory.

Deux adolescents hors la loi tabassés à mort

Face à l’ampleur que prend le phénomène des microbes dans le district d’Abidjan, la population ivoirienne a décidé de réagir à sa manière. A la violence, elle a de nouveau répondu par la violence le dimanche dernier dans la commune de Marcory située dans la capitale économique. Aux environs de 2 heures du matin, les habitants de ce quartier ont battu à mort deux de ces adolescents qui sèment la terreur dans la cité depuis quelques années. La bande de malfaiteurs a été prise en flagrant délit d’agression dans le périmètre de l’ancien cinéma Majestic. Si les autres membres du gang ont réussi à s’échapper, le destin n’a pas été clément envers les deux autres qui ont été interceptés par les riverains. Face à la justice impitoyable de la foule venue en renfort, l’un des deux voyous lynchés à mort a succombé à ses blessures. Le second a été évacué d’urgence dans un centre hospitalier.

Les autorités mobilisées face au phénomène des microbes

Soucieux de mettre un terme à cette insécurité grandissante, le ministre de l’intérieur a récemment mis en place l’opération « épervier » pour débarrasser la ville de ces hors la loi. Dans la nuit du 17 au 18 mai dernier, un important coup de filet a été réalisé les forces de l’ordre dans les communes de Yopougon et d’Abobo, deux quartiers où ces jeunes agresseurs sont très actifs. Rien que cette nuit, les autorités ont mis la main sur 248 microbes. Bien que ce résultat soit très encourageant, il est loin de rassurer les populations car la psychose demeure toujours dans les rues de la capitale économique. Dépassées, les habitants continuent toujours de se faire justice face à ces truands, et de la manière la plus violente. Les autorités doivent redoubler d’efforts face à ce phénomène, faute de quoi les populations revêtiront elles-mêmes le costume de justicier.

17,362 total views, 30 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut