Affaire Debordeau Leekunfa a failli tuer Arafat Dj : le Maîtré-Maîtré se paie la tête de l’Infleunmento

Le film western continue de se filer avec plus d’humour et de rebondissements. Django et Dringo ont quitté le Motel pour se donner rendez-vous sur la place publique. Convoqué devant le shérif de la ville par Django, Dringo a aussi déposé une plainte et semble plus que jamais serein au point de narguer son vis à vis.

Dringo (Debordeau Leekunfa) a lancé son contre-attaque à coup de plainte et de coup de gueule pour ne pas me répéter. Dringo parade dans la ville et se moque bien de Django qui prédit depuis plusieurs jours qu’il passerait de l’autre côté de la barrière. Mais le shérif (la PJ) tarde à trancher et Dringo mène toujours grande vie au grand dam de Django.

Dringo et Django les deux amis apparemment devenus comme chien et chat

Dans la nuit du dimanche à lundi, précisément à 5h du matin, Dj Arafat alias Django a accusé son ancien pote devenu son ennemi public numéro 1, Debordeau Leekunfa que nous appelons Dringo, d’avoir tenté de le liquider dans la taverne avec son revolver 12 coups. Avec son œil de lynx dans la nuit noire, Arafat avait identifié l’arme et à la sortie du bar avait signalé le fait à la police. Mais voilà celle-ci piétine ou du moins ne va pas très vite dans sa procédure et pendant ce temps le bonhomme de Django fait le fanfaron dans la ville.

Serein comme un Mauritanien qui dit y’a pas monnaie

L’on se souvient encore, Debordeau Leekunfa avait observé un long silence, plus que méprisable pour les fanatiques de la Yôrôgang, avant de se prononcer sur les accusations de Dj Arafat. D’un air serein, qu’il voulait sans doute faire passer, le désormais Maîtré-Maîtré avait donné sa version des faits qui contrastent avec celle de Termistocle comme le jour et la nuit. Comme un sphinx qui renait de ses cendres, Debordeau réapparait dans une vidéo pour donner dans l’humour massacrant.

On se promène à la MACA, le Vatican d’Abidjan

Au volant de sa caisse (sa voiture), l’air décontracté, chansonnette à la bouche musique à fond, Debordeau Leekunfa semble de se porter comme un charme, là où on l’attendait à la MACA. Mais non, Debordeau n’est pas en train de moisir à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan, il se balade en ville en « bolide », mieux il nargue Arafat avec un humour piquant : « La MACA est devenue grande, y’a route dedans tout ça là. Les gens font rire hein, vous savez à qui vous avez affaire ? C’est Debordeau hein. Partez répondre à votre convocation à la PJ là-bas. Dès que tu arrives, les sauces ils vont faire sur toi là. Faut voler cœur, viens à la police judiciaire c’est tout ce que je te demande au lieu de parler sur Facebook. Dans le cas contraire tu viens sur le tatami musical, ça dépend hein. Soit tu choisis la PJ, soit tu choisis le tatami musical…Tu es trop petit pour mettre Debordeau en prison, tu ne peux même pas même…Ecoute ma chanson que j’écoute à la MACA ici ». Pour résumer l’artiste s’adresse rétorque à Arafat que sa plainte à la PJ n’ira nulle part et que comme il le voit, il se trouve à la MACA en ce moment comme pour se moquer de ce dernier.
Debordeau Dj s’est voulu « saignant » par cette vidéo ironique sur la Maison d’Arrêt. Cela a prêté à rire chez certains internautes qui ont applaudi l’humour corrosif de leur idole quand les adeptes d’Arafat fustigent une arrogance insoutenable.


  

Haut

Hello !

Vous aimez Scandale.news ? Merci de nous faire un Amour de LIKE ! !