Candidature de Ouattara : violentes manifestations à Daoukro

Présidentielle 2020 CI – A quelques mois de la tenue du premier tour de la prochaine élection présidentielle ivoirienne, la tension monte d’un cran entre l’opposition et le gouvernement. Pour cause, l’annonce de la candidature de Ouattara Alassane, le président sortant, alors qu’il avait clairement indiqué il y’a quelques mois vouloir passer la relève à une nouvelle génération. Dans la ville de Daoukro, fief d’Henri Konan Bédié, des manifestations ont éclatés dans plusieurs rues.

La candidature de Ouattara Alassane en Côte d’Ivoire alimente de vives tensions depuis quelques jours. Après une annonce historique qui avait été saluée par l’opposition ivoirienne, le président ivoirien, évoquant un cas de force majeur, a décidé de rester dans l’arène politique. Le six août dernier le président ivoirien annonçait lors d’un discours à la nation qu’il se présentera à la prochaine élection présidentielle, suite aux nombreux appels pressants lancés par sa formation politique depuis le décès d’Amadou Gon Coulibaly le 8 juillet dernier. Plusieurs manifestants se réclamant de l’opposition ont organisé des manifestations pour dire non à cette candidature du président sortant sous la III République. Dans la ville de Daoukro, fief de l’ancien dirigeant Henri Konan Bédié, des manifestations ont éclatés dans plusieurs quartiers. Le siège du parti présidentiel a été saccagé par des manifestants qui pour certains, se sont adonnés à des actes de pillages et de destruction de biens publics. On dénombre également de nombreuses interpellations après les récentes manifestations contre la candidature de Ouattara Alassane en Côte d’Ivoire.

La ville de Daoukro n’est pas restée en marge des manifestations contre la candidature de Ouattara Alassane à la prochaine élection présidentielle. Selon les informations rapportées par le journaliste Saïd Penda, «Le village de bédié bouclé ce soir après des attaques à caractère tribalistes. Selon mes investigations, les violences ont éclaté en milieu de matinée ce mercredi, quand des jeunes Baoulés ont commencé à vandaliser des boutiques et commerces, généralement tenus par des ivoiriens originaires du nord et des ouest-africains. Ces individus armés de gourdins et de machettes, qui affirmaient protester contre la candidature du président Ouattara à la prochaine présidentielle, ont également pillé et saccagé le siège du parti au pouvoir. D’après des sources sécuritaires, les casseurs ont été convoyés des villages environnants vers Daoukro par deux élus locaux. Les forces de sécurité recherchent activement le député Akoto Yao du PDCI et le président du Conseil Régional, Adama Kolia, par ailleurs époux d’une des filles d’henry konan bédié. Tous les deux ont quitté leurs domiciles précipitamment vers une destination inconnue…Outre le pillage du siège du RHDP, le bilan des incidents de ce mercredi à Daoukro fait état de 8 commerces vandalisés et un point de vente de l’opérateur de téléphonie, Orange, attaqué. Dix personnes ont été interpellées en flagrant délit de pillage et destruction de biens publics et privés. Ils étaient notamment armés de couteaux, de machettes et de barres de fer. Ils seront jugés dans les prochains jours en procédure d’urgence et ils risquent de lourdes peines d’emprisonnement.», explique le journaliste africain. Poursuivant dans le rapport de ses investigation, Said Penda laisse même entendre qu’il y’aurait des morts dans les manifestations qui ont eu lieu à Daoukro contre la candidature de Ouattara Alassane.

Deux morts chez Bédié ?

«Mes informateurs sur place à Daoukro signalent deux décès : un commerçant Haoussa de nationalité nigérienne et un jeune adolescent Dioula qui auraient été tués à coups de machettes. Aucune source officielle n’a cependant pu me confirmer ces décès. Le calme était revenu dans l’après-midi dans la ville de Daoukro, où des renforts des forces de sécurité ont été déployés. Dans une tentative d’éviter d’autres violences dans la nuit, le préfet de la région a demandé aux populations d’éviter tout déplacement après 18h.», a fait savoir le journaliste. Dans la journée de ce jeudi, de timides manifestations ont également eu lieu contre la candidature de Ouattara Alassane à la présidentielle.

Vous pouvez aussi aimer