Présidentielle 2020 : le président de la CEI rassure les ivoiriens

 Election en Côte d’Ivoire – le président de la commission électorale indépendante était dans la localité de Yamoussoukro pour un atelier d’information et de sensibilisation. L’objectif de cette rencontre était de rassurer les ivoiriens sur le bon déroulement du scrutin présidentiel du 31 octobre prochain. Cet atelier intervient dans un contexte de défiance de l’opposition ivoirienne à l’endroit de la commission électorale indépendante.

La nouvelle commission électorale ivoirienne sera l’objet de toutes les attentions dans quelques semaines en Côte d’Ivoire. La raison, la tenue des prochaines élections présidentielles ivoiriennes, prévues pour le 31 octobre selon la constitution du pays. Alors que l’opposition ivoirienne continue de clamer une réforme de la CEI, le pouvoir en place estime que la commission électorale indépendante est suffisamment outillée pour organiser les élections présidentielles. Au cours d’un séminaire animé dans la capitale politique, le président de la commission électorale a rassuré les ivoiriens sur le bon déroulement du scrutin. Le mois dernier, plusieurs opposants avaient dénoncé la mise à l’écart de certains leaders politiques de la nouvelle liste électorale. Laurent Gbagbo, Guillaume Soro, ou encore Charles Blé Goudé, avaient tous été écartés à l’issue de la révision de la liste électorale en juin dernier, une opération qui a été prorogée pour permettre à tous les ivoiriens de se faire enrôler.

Kuibiert Coulibaly, président de la nouvelle commission électorale, a récemment animée un atelier sur la prochaine élection présidentielle. A l’occasion de cette rencontre dans la capitale politique, le président de la CEI a tenu à rassurer les ivoiriens sur le bon déroulement des prochaines échéances électorales ivoiriennes : «Montrer la transparence de la commission électorale indépendante dans la gestion du processus électoral et contribuer à apaiser l’environnement électoral en expliquant le mode opératoire des élection… Cette approche participative, qui implique toutes les parties prenantes, surtout les partis politiques, nos alliés, permet de rendre le processus électoral inclusif. (…)Je souhaite que nos concitoyens nous jugent aux actes et que les preuves de nos manquements soient portées à notre connaissance sur la base de règles connues de tous (…) La Cei est consciente des enjeux et du rôle qui est le sien dans le maintien de la cohésion sociale. (…) Et nous œuvrons au quotidien pour une élection crédible et transparente. Nous demandons aux ivoiriens et à toutes les parties prenantes de nous faire confiance. Que les ivoiriens nous fassent confiance», a déclaré Kuibiert Coulibaly. A quelques semaines du premier tour de la présidentielle, l’opposition ivoirienne a formulé plusieurs exigences à savoir la mise en place d’une commission électorale consensuelle. L’opposition a d’ailleurs refusé de siéger dans les commissions locales qui seront installées dans les différents centres de votes. Outre la réforme de la CEI, l’opposition ivoirienne exige aussi le report de la présidentielle, estimant que toutes les conditions ne sont pas réunies pour un scrutin transparent.

L’implication des préfets sollicitée

Pour le bon déroulement du scrutin présidentiel du 31 octobre, le président de la commission électorale indépendante a sollicité une implication des préfets : «La CEI a démarré un déploiement logistique sécuritaire et humain qui se poursuivra jusqu’au scrutin et même après.Toutes ces actions sont menées dans vos circonscriptions respectives. Il convient que vous en soyez informés afin que vous puissiez agir utilement .Votre contribution et votre implication ont été importantes lors des scrutins passés. Nous souhaitons vivement qu’il en soit ainsi pour celui du 31 octobre 2020 prochain (…) Vous êtes des partenaires de premier plan dans l’exécution des tâches liées au processus électoral, vous êtes avant tout des administrateurs compétents et fins connaisseurs des réalités du terrain. C’est pour cette raison que la CEI compte sur vous, je veux ici vous exhorter à continuer d’entretenir cette dynamique», rapporte Coulibaly Kuibiert. Sur la quarantaine de dossiers de candidatures déposées à la CIE, seules quatre candidatures ont été retenues par le Conseil Constitutionnel, dont celle du président sortant Ouattara Alassane.

Vous pouvez aussi aimer