ACTUALITE

Référendum en Côte d’Ivoire : blocages sur le projet de nouvelle constitution

Quelques mois avant le passage à la nouvelle année, l’incertitude demeure toujours sur la tenue du référendum en Côte d’Ivoire, conformément au calendrier de la CEI. La commission électorale indépendante s’est fixée pour objectif d’organiser le vote sur la nouvelle constitution le 30 octobre prochain. Mais à ce jour, la théorie d’un possible report se fait de plus en plus pressentir car le projet se heurte depuis peu à de nombreux blocages.

La date du référendum en Côte d’Ivoire reste toujours un mystère pour les populations et aussi pour une partie de la classe politique ivoirienne. Censé se tenir ‘‘le 30 octobre’’ 2016, comme l’avait affirmé en juin dernier Augustin Sévérin Miremont, le commissaire régional de la CEI pour l’Agnéby, plusieurs raisons portent à croire que des changements devraient intervenir dans le chronogramme établi par la commission électorale indépendante présidée par Youssouf Bakayoko. En plus de la ferme décision des partis d’opposition de barrer la route au président Alassane Ouattara, la tenue du vote référendaire sur l’adoption de la nouvelle constitution ivoirienne est soumise à de nombreux blocages. Le faible engouement des ivoiriens autour du projet, une dotation financière toujours attendue par la CEI pour l’organisation du vote ou encore le retard accusé par le comité d’experts pour la présentation du contenu définitif du texte au chef de l’Etat, sont autant de raisons qui font planer le doute sur la tenue du vote à la date initialement indiquée par la commission indépendante.

Où trouver le financement pour le référendum ?

Le budget annuel de 22,6 milliards de francs Cfa alloué à la CEI semble insuffisant selon le président de l’institution, pour assurer son fonctionnement et organiser le référendum constitutionnel. Devant l’insuffisance de moyens, La commission électorale indépendante a sollicité une aide gouvernementale dont le montant s’élève à près de 10 milliards de francs Cfa pour la tenue du vote référendaire d’ici la fin de l’année. Mais ce projet budgétaire soumis au gouvernement ivoirien n’a pas encore été abordé en conseil des ministres, encore moins passé débattu au parlement où il devrait être approuvé. Mais dans le camp d’Alassane Ouattara, on se veut optimiste malgré cette contrainte financière. Le rallongement budgétaire approuvé en conseil des ministres devrait permettre à la commission indépendante de disposer du financement nécessaire pour assurer l’organisation du vote sur l’adoption d’une nouvelle constitution en Côte d’Ivoire.

Le contenu de la nouvelle constitution encore inconnu

Chargé de la rédaction du nouveau texte constitutionnel, le comité d’experts nommé par le président de la République n’a pas encore dévoilé le contenu définitif de la future législation ivoirienne. C’est toujours le mystère sur le fonds de la nouvelle constitution, même si certains réajustements ont été déjà annoncés comme l’instauration d’un poste de vice-présidence ou la mise en place d’une chambre sénatoriale.

La fronde de l’opposition en Côte d’Ivoire

Dans sa grande majorité, l’opposition ivoirienne reste toujours hostile au projet d’élaboration d’une nouvelle constitution. Malgré la main tendue du président Alassane Ouattara, les partis d’opposition refusent de s’associer à la démarche du chef de l’Etat. Le consensus tant souhaité par le pouvoir en place est encore loin d’être un acquis, car les opposants au président ivoirien jugent inopportun la tenue d’un référendum dans le climat socio-politique actuel.

3,728 total views, 36 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut