POLITIQUE

Grogne sociale en Côte d’Ivoire : Ouattara joue l’apaisement

Face à la grogne sociale qui gagnait de l’intensité, le président de la République s’est adressé à la population ivoirienne le dimanche 1er mai 2016 à l’occasion de la fête du travail. Le discours du chef d’état intervient dans un contexte de mécontentement généralisé des ivoiriens suite à la flambée du prix des denrées et l’augmentation abusive de la quittance d’électricité. En réponse aux tensions, Alassane Ouattara a joué la carte de l’apaisement en annonçant une série de mesures.

La colère monte entre la population ivoirienne et le gouvernement

La grogne sociale est montée d’un cran en Côte d’Ivoire ces derniers mois. Le discours du président Ouattara lors du 1er mai est le sujet qui domine l’actualité ivoirienne du moment. La population est confrontée depuis quelques temps à une hausse du prix de certaines denrées alimentaires. A cela s’ajoute la mesure de renouvellement du permis de conduire instaurée par le ministère du transport. C’est une décision qui suscité le mécontentement généralisé d’une grande partie des détenteurs du permis, en l’occurrence les transporteurs. Et la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est sans doute l’augmentation stratosphérique des coûts d’électricité. La hausse des 5% annoncée en Janvier par le gouvernement a été largement dépassée. Certains ménages se retrouvent même avec des factures deux fois supérieures à celles qu’ils payaient dans le passé. Cette pilule amère a certainement été l’élément déclencheur de la tension naissante au sein de la société ivoirienne.

Face à la grogne sociale, Ouattara accable certains ministères

Le président de la République a indirectement cité la responsabilité de certains membres de son équipe gouvernementale dans ce mécontentement social. Sans jouer les moralisateurs, le chef de l’état a désapprouvé bons nombres de décisions prises par ses ministres dont celui du transport Gaoussou Touré. Son projet de renouvellement du permis de conduire d’ici le 1er Juillet 2016 a reçu un écho moins favorable : « pourquoi renouveler un permis qui n’a pas encore dix ans de validité ? », s’interroge le chef suprême des armées, remettant quelque peu en cause le bien-fondé de la mesure prise par le ministère du transport. Même réaction du président Ouattara sur le dossier sensible de la hausse des factures d’électricité : « l’augmentation des prix au-delà de 5% n’était pas ce que nous avions décidé, cela est inadmissible », soulignait-il lors de son adresse à la nation dimanche dernier. Cette fois, c’est le ministère des mines, du pétrole et de l’énergie qui est indirectement épinglé, un porte-feuille ministériel géré par Adama Toungara.

De nouvelles mesures en Côte d’Ivoire pour apaiser les tensions

La population ivoirienne attendait de son dirigeant des décisions importantes et elles ont été prises. Dans le giron des mesures instaurées par le chef de l’Etat, la suspension à titre provisoire, de l’opération de renouvellement du permis de conduire. En ce qui concerne les factures d’électricité qui grimpent injustement, le président ivoirien a « décidé de l’annulation pure et simple de l’augmentation de janvier 2016 ». Une décision de la plus haute importance a été également prise par Alassane Ouattara. Il s’agit enfin, après tant d’années, de l’ouverture du marché de l’eau et de l’électricité à la concurrence. C’est donc le début d’une nouvelle ère pour les ivoiriens, la fin du monopole des compagnies nationales CIE et SODECI.

32,551 total views, 69 views today

Cliquez ici pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cliquer et profiter
Haut